Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Noah Schnapp, Finn Wolfhard, Gaten Matarazzo et Caleb McLaughlin, acteurs en devenir rapide.
© Courtesy Netflix

fiction tv

«Stranger Things»: ces gamins qui grandissent sont insupportables

Avec leurs jeunes acteurs en pleine puberté, les frères Duffer, créateurs de la série fantastique de Netflix, ont un défi à relever: pour la troisième saison, composer avec ces visages en croissance

On aime les feuilletons parce qu’ils vieillissent avec nous. C’est le cas presque extrême des soap opéras, Top Models ou Plus belle la vie: les rides des acteurs se creusent en parallèle à celles de leurs fidèles téléspectateurs.

Stranger Things inverse le phénomène. Le quatuor de gamins au cœur de la série fantastique de Netflix, auquel s’ajoute la jeune fille, Jane, ou Onze, a pour particularité… sa jeunesse, précisément. Dans la deuxième saison, les amateurs ont déjà pu constater que les héros grandissaient: la mue était frappante s’agissant de Jane, dont le caractère plus affirmé ne tenait pas qu’à son rôle.

A propos de la saison 2: Du rétro sans risques

Les ouailles poussent vite

En vue d’un troisième chapitre, les frères Duffer se trouvent embarrassés, car leurs ouailles poussent vite. Et à ces âges, cela se voit. «Nos enfants sont en train de grandir», a expliqué cette semaine Matt Duffer au Hollywood Reporter. Le temps d’écrire les épisodes et préparer la production, «ils auront quasiment un an de plus quand on commencera à tourner. Cela nous pose certains défis.» Il explique que la troisième saison ne pourra pas succéder directement à la deuxième; en fait cela a déjà été le cas entre les volets un et deux. On se souvient que la deuxième aventure se situe une année précisément après la première, les protagonistes ont même compté les jours.

Ce décompte à voix haute va être celui des auteurs et réalisateurs. Peut-être devront-ils même anticiper les changements morphologiques de leurs acteurs en herbe, et déplacer le curseur de l’histoire plus loin encore. Matt Duffer parle d’ailleurs d’un «bond dans le temps».

L’enjeu des retrouvailles

Amusant jeu du réel de la fiction, comme une course-poursuite dont il faut déterminer, sans se tromper, la vitesse de compétition. Le corps même de l’acteur devient un problème narratif à résoudre, il charpente le conte horrifique à venir. Ceux qui, comme moi, regrettent de n’avoir pas vraiment vu les personnages dans la saison 2, leur présence ayant été toujours un peu fugace, seront d’autant plus attentifs au moment des retrouvailles.

Lors de la première saison: Avec sa nouvelle série «Stranger Things», Netflix donne dans la nostalgie horrifique


Retrouvez tous nos articles sur les séries TV.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a