Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«Ici, la chaleur de la région s’exprime à travers l’utilisation du bois calciné, explique Shizuka Saito. Mais aussi à l’aide d’effets décoratifs comme la couleur feu de la table et les poissons séchés.»
© Luc Bertrand ©

Design

Les Suisses paradent à Hyères

Le 13e festival Design Parade s’est achevé dimanche en consacrant des diplômés de l’ECAL et de la HEAD – Genève

En 1985, Jean-Pierre Blanc fondait à Hyères le Festival international de mode et de photographie. La manifestation démarrait alors comme un simple défilé. Trente-trois ans plus tard, elle est devenue incontournable et attire un monde fou. Depuis douze ans, l’âme stylée de la station balnéaire du Var anime également Design Parade, grand raout de l’objet qui se déroule à la villa Noailles sur les hauteurs de la ville. Et dont la fréquentation ne cesse d’augmenter. En 2015, le festival s’augmentait d’un concours international consacré à l’architecture d’intérieur organisé cette fois à Toulon.

L’idée? Proposer à de jeunes bureaux de décorer les différentes pièces d’un édifice. En 2018, dix candidats se sont inscrits pour transformer les chambres de l’ancien évêché situé au cœur de la cité. Le bâtiment date du XVIIIe siècle et se trouve dans un état plus ou moins d’époque. Président du jury, le décorateur Pierre Yovanovitch a demandé à chaque candidat d’imaginer l’endroit comme une villa au bord de la Méditerranée en encourageant chacun d’entre eux, conformément à sa pratique, à y intégrer des objets d’art.

Bibliothèque-grotte

Salle de méditation aux nuances terracotta, espace de repos carrelé façon hammam ou encore une chambre toute blanche avec sa petite fontaine domestique: la plupart des propositions encouragent à l’indolence provençale. Mais pas toutes. Diplômés de l’école Camondo, Kim Haddou et Florent Dufourcq ont, eux, aménagé une sorte de bibliothèque creusée de niches qui accueillent des livres mais exposent aussi les luminaires-sculptures de Guy Bareff. La grotte qui ressemble à un tableau de De Chirico remporte le Grand Prix Design Parade Toulon Van Cleef & Arpels, ex æquo avec la banquette-îlot d’Antoine Chauvin, diplômé en Master Design Produit à l'ECAL.

Le Prix du public de la ville de Toulon, lui, est revenu à Valentin Dubois et Shizuka Saito, tous deux diplômés de la HEAD – Genève. Avec sa chambre couverte de lambris brûlé au chalumeau selon une technique japonaise et sa table en plexiglas orange, le duo a choisi de représenter le soleil du Sud autrement. «Ici, la chaleur de la région s’exprime à travers l’utilisation du bois calciné, explique Shizuka Saito. Mais aussi à l’aide d’effets décoratifs comme la couleur feu de la table et les poissons séchés.»

Hotte pour vendangeurs

L’architecture d’intérieur à Toulon, le design à Hyères. L’exposition des dix projets dans la villa Noailles est un peu un casse-tête. La faute à un concours qui pratique le grand écart entre des projets totalement expérimentaux aux concepts parfois emberlificotés et des participants qui exposent là des objets au fini impeccable.

C’est l’un d’eux que le jury présidé par le designer canadien Philippe Malouin a retenu pour son Grand Prix. Sara de Campos a étudié à l’ECAL et a grandi dans une famille qui cultive la vigne au Portugal. La designer de Lisbonne présentait UVA, un système de hotte pour vendangeurs qui soulage celui qui le porte, tout en évitant aux grains de raisins de finir prématurément écrasés. Du vrai design industriel et ingénieux qui n’a pas oublié que la beauté se trouve souvent dans les choses simples.


13e Design Parade, 
à Toulon et à Hyères, 
jusqu’au 30 septembre. 
villanoailles-hyeres.com

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps