Mark Twain, William Shakespeare ou Toni Morrison: voici certains des génies de la littérature mondiale bannis aujourd’hui de nombreuses écoles américains. Cette censure, si elle n’a rien de nouveau, prend des proportions et des formes inédites. Bibliothécaires menacés, lois liberticides votées contre des «ouvrages obscènes», individus débarquant armés lors de réunions scolaires ou lisant à haute voix des passages d’un roman jugé «pornographique». Dans ce contexte, de plus en plus de bibliothécaires et de professeurs démissionnent, comme le décrit un rapport publié par Le Pen Club USA, la célèbre association qui promeut la liberté d’expression et défend les droits des écrivains. Entretien avec sa directrice, Suzanne Nossel.