Une vodka et une panthère. L’église Saint-Séverin vient de sonner dix coups. Et la porte s’ouvre. Sylvain Tesson s’inquiète, courtoisie de capitaine de frégate, béret à la Jack London, comme pour chicaner le bleu Baïkal de son regard. «Je ne vous ai pas fait attendre?» L’auteur adulé de Dans les forêts de Sibérie ne se doute pas, ce matin-là à Paris, que sa Panthère des neiges lui vaudra le Prix Renaudot.