Casse-cou comme Lancelot du lac. Sylvain Tesson vous raconte ses cimes, sans esbroufe, en chevalier cabossé et recousu, par la grâce d’une chanson de geste. Il dévore un club-sandwich et vagabonde dans le sillage de ses héros, Arthur Rimbaud auquel il a consacré un livre allègre (Un Eté avec Rimbaud, Equateurs), Lord Byron, ce poète sabreur qui fédère l’Europe dans les années 1820 – dont l’esprit revivra sous sa plume dès le 15 décembre à Paris, au Théâtre de Poche-Montparnasse, dirigé par son père, le journaliste Philippe Tesson.