classique

Symphonie No 6 de Bruckner, par Marek Janowski et l’OSR

Après une 9e Symphonie de Bruckner très bien reçue, Marek Janowski, à la tête de l’OSR, aborde la 6e Symphonie avec les qualités qu’on lui connaît. Le chef allemand creuse les lignes, aborde le premier mouvement à un tempo un peu plus modéré que lors des concerts en Amérique du Sud. S’il perd en urgence, si l’orchestre sonne un peu épais parfois, les transitions d’une section et à une autre, et la façon de mener les phrases à leur terme sont admirables. L’expressivité des cordes, la suavité des bois et la beauté des cuivres (impressionnants!) en font une version très personnelle, animée par une puissante rugosité dans les tutti (écoutez à 9’45’’, plage 1). Ce même geste large anime l’«Adagio», intensément habité. A l’inverse, Marek Janowski adopte un tempo très rapide dans le «Finale», fougueux et haletant.

Publicité