Musique

Tale of Fantasy, le pouvoir de la musique épique

Le chœur, basé à Morges, interprète spécialement des musiques de jeux vidéo, mardi 14 et mercredi 15 mai. Au programme: «Final Fantasy», «Skyrim» ou «League of Legends»

C’est un rêve d’enfant devenu réalité, un «conte fantastique». Alexandre Pican, étudiant en master à l’EPFL, a créé son chœur consacré à la musique épique il y a deux ans. Ce style musical, souvent dévalorisé et considéré comme «un truc de geek, pour les geeks, par les geeks», réunit musiques de jeux vidéo, de films, de séries mais aussi de bandes-annonces. Au croisement du classique et d’influences métal, la musique épique s’est imposée comme une évidence pour Alexandre Pican, également membre de quatre autres chœurs. «C’est une musique qui motive et qui est très riche. Par exemple, à l’EPFL, je pense que 70% des étudiants écoutent des playlists de ce genre. On se retrouve dans ce style musical, parce qu’il crée des émotions fortes.»

Lire aussi:  Pourquoi les musiques de jeux vidéo sont les meilleures pour se concentrer au travail

A entendre leurs voix s’harmoniser lors d’une répétition, on ne peut que lui donner raison. Les frissons sont quasi immédiats et l’équilibre avec les instruments est tel que les yeux ne tardent pas à se faire humides.

Peu de ressources

Du jeu vidéo Ori and the Blind Forest aux bandes originales de Hans Zimmer, la chorale Tale of Fantasy souhaite briser les stéréotypes avec une programmation très diversifiée. Mardi et mercredi, elle sera en concert à Morges auprès de l’orchestre genevois Jubilus, avec des arrangements originaux de musiques vidéoludiques.

Lire aussi: Après le Gamergate et #MeToo, quelle place pour les femmes dans les jeux vidéo?

Les morceaux composés uniquement pour des instruments sont ainsi retranscrits et adaptées pour le chant. «On rédige entièrement les partitions à l’oreille», raconte Alexandre Pican. «Parfois, on s’inspire de travaux réalisés par des communautés de fans sur internet mais les ressources sont très pauvres en musique épique, surtout dans le domaine du jeu vidéo.» Un travail titanesque, réalisé en collaboration avec Thierry Daenzer, chef d’orchestre et responsable du projet, mais aussi avec le chœur du Gymnase de Morges.

Bientôt un orchestre

En seulement deux ans d’existence, Tale of Fantasy réunit déjà une quarantaine de choristes. Si la moyenne d’âge du chœur est de 25 ans, l’association ne se limite pas à des étudiants et ressemble plutôt à une grande famille. En répétition, l’ambiance est studieuse mais espiègle. Ici on se saute dans les bras, là on partage des impressions enflammées sur le dernier film visionné. Chacun amène «sa pierre à l’édifice» et peut contribuer au choix des musiques, en s’appuyant sur des valeurs sûres mais aussi des pépites méconnues pour amener de la découverte. Au sein des choristes, pas de jugement, d’autant que «la musique épique est très accessible du point de vue de l’interprétation. Et il n’y a rien de mieux qu’un chœur pour apprendre à chanter.»

Lire également:  «Les bandes originales sont le dernier lien entre les jeunes et la musique classique»

L’une des forces de Tale of Fantasy est de regrouper les profils, entre gamers et simples amateurs mélomanes. Unique en son genre en Suisse, la chorale a répondu à une demande très forte autour de la musique épique. A tel point que l’association est sur le point de créer son propre orchestre, dès la rentrée. Plus de cinquante musiciens sont déjà de la partie, et Alexandre Pican affirme qu’ils ne seront «jamais trop nombreux». Une manière de contrôler les projets en interne, voire d’imaginer des concerts jusqu’en 2022, dont l’un en collaboration avec d’autres chœurs de Suisse romande autour du jeu vidéo World of Warcraft. Une représentation qui devrait rassembler 300 choristes. D’ici là, Tale of Fantasy poursuit son aventure épique et fantastique, tout en continuant à recruter de nouvelles voix et musiciens, «surtout des hommes».


Tale of Fantasy, avec l’orchestre Jubilus et le chœur du Gymnase de Morges, mardi 14 et mercredi 15 mai à 20h15, au Théâtre de Beausobre, à Morges. Réservation auprès du Gymnase de Morges ou en ligne.

Publicité