La Suisse, qui représente les intérêts des Etats-Unis en Iran en l'absence de relations diplomatiques entre les deux pays, a affirmé vendredi que son représentant avait «transmis un message que les Etats-Unis l'ont chargé de remettre» à l'Iran, sans préciser sa teneur.

Vendredi près de l'aéroport de Bagdad, une attaque de drone américaine a tué Soleimani, le chef de la Force Qods des Gardiens de la révolution, chargée des opérations extérieures d'Iran, et Abou Mehdi al-Mouhandis, l'homme de l'Iran en Irak.

Lire aussi: En Irak, nouveau raid contre des pro-Iran, foule aux funérailles de Soleimani

Cité par le site de la télévision d'Etat iranienne, le contre-amiral Ali Fadavi, commandant en chef adjoint des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique d'Iran, a affirmé que Washington avait dit «si vous voulez vous venger, vengez-vous proportionnellement à ce que nous avons fait».

«Une dure vengeance»

Les Américains ne sont pas en position de «décider» de la réponse de l'Iran et «doivent s'attendre à une dure vengeance. Cette vengeance ne se limite pas à l'Iran», a-t-il dit, assurant que les alliés de l'Iran au Moyen-Orient sont «prêts à concrétiser cette vengeance».

Le contre-amiral n'a pas précisé comment les Etats-Unis avaient communiqué ce message à l'Iran.

Mais outre la Suisse, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif a déclaré «l'émissaire suisse avait transmis un message ridicule des Américains» vendredi.

Lire aussi: En Irak, l’escalade des violences piège les Etats-Unis

L'émissaire suisse «a reçu une réponse ferme écrite (de l'Iran) à cette téméraire lettre des Américains», a indiqué M. Zarif. Téhéran a promis «une dure vengeance au bon endroit et au bon moment» pour venger la mort de Soleimani.

Missions de l'Otan suspendues

Par ailleurs, l'Otan a suspendu ses missions d'entraînement en Irak, a indiqué samedi à l'AFP le porte-parole de l'Alliance nord-atlantique, Dylan White, après la mort du général iranien Qassem Soleimani dans une attaque américaine à Bagdad.

La mission de l'Otan en Irak, qui compte quelques centaines de soldats, entraîne les forces de ce pays à la demande du gouvernement irakien pour empêcher le retour de l'Etat islamique.