Téhéran a convoqué le chargé d'affaires suisse pour protester contre le «bellicisme» des Etats-Unis après des frappes aériennes américaines sur une faction pro-Iran en Irak dimanche, a indiqué mercredi le ministère des Affaires étrangères iranien.

La Suisse représente les intérêts des Etats-Unis en Iran en l'absence de relations diplomatiques entre les deux pays. Le représentant suisse a été convoqué après des propos «bellicistes de responsables américains en violation de la charte des Nations unies», a précisé le ministère dans un communiqué.

Ce mercredi 1er janvier, au matin: Nouvelles tensions devant l'ambassade américaine à Bagdad

«Le prix fort»

Mardi, Donald Trump a menacé de faire payer le «prix fort» à Téhéran après l'attaque de l'ambassade, tout en assurant ne pas s'attendre à une guerre avec son ennemi juré.

Washington a malgré tout déployé 750 soldats supplémentaires au Moyen-Orient, «très probablement» pour être envoyés ensuite en Irak, a indiqué un responsable américain.

Après des frappes

Depuis que des avions américains ont frappé dimanche des bases des Brigades du Hezbollah – une faction du Hachd al-Chaabi, paramilitaires dominés par des factions pro-Iran et intégrés aux forces régulières –, le sentiment anti-Américain a flambé en Irak avant de culminer mardi puis ce mercredi matin avec l'attaque de l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad.

Le 7 décembre 2019: L'Iran et les Etats-Unis libèrent deux prisonniers, avec l'aide de la Suisse