Ouverture des portes à 17h, fin de la soirée à 3h30 du matin. Samedi 26 janvier, il fera très chaud à l’Arena de Genève à l’enseigne de The Beat #03, une grande soirée rap qui verra se succéder sept artistes. Six Français et, en guise de clôture, le Britannique Scarlxrd, tenant d’un hip-hop lourd comme le plomb et oppressant comme une descente du Styx, aux croisements du métal et du trap.

A lire: Moha La Squale, attaque virale

Il y a douze mois, la deuxième édition de The Beat invitait une majorité de rappeurs belges. Cette année, place donc aux Français. Le festival est à l’écoute d’une scène où des noms émergent brutalement via les réseaux sociaux, sans qu’on ait rien vu venir. Ainsi de Moha La Squale, déjà aperçu l’été dernier au Montreux Jazz. Le Parisien, né Mohamed Bellahmed en 1995, est devenu en quelques mois la sensation du moment. Il incarne parfaitement l’idée d’un rap décomplexé qui, depuis qu’il est devenu le genre le plus écouté au monde, n’a plus besoin de forcer le trait pour exister. Et n’a plus peur de flirter avec la chanson.

Notre interview de Vald: «Pour moi, le rap doit être hardcore»

Lord Esperanza, PLK, Columbine ou encore Vald. Ils seront eux aussi à Genève pour défendre une scène hip-hop francophone plus protéiforme que jamais, totalement affranchie des modèles américains qui la voyaient jadis parfois friser la parodie. Reste cette envie commune d’ancrer leurs textes dans le réel et de parler de leur réalité, de leur quotidien. Les paroles sont parfois crues, sans filtre? Oui, car à l’image du monde qu’elles reflètent. Le rap demeure une musique profondément liée à son époque, et c’est probablement en cela qu’elle parle plus que toute autre à une jeunesse qui se voit sans cesse répéter que son avenir sera difficile.

Lire finalement: Clapping pour Columbine


The Beat #03, samedi 26 janvier, Genève, Arena. Infos et horaires: thebeatfestival.ch