Série TV

«The Bridge» saison 3, comment survivre au départ 
d’un acteur

L'acteur jovial qui humanisait la série suédo-danoise «Bron/Broen» parti, le débat entre scénaristes a été vif. Leur choix débouche sur un retournement étonnant

C’est sans doute un cas de figure pénible pour les responsables d’une série. Ils veulent continuer au-delà d’une deuxième saison, et même, ils le peuvent; les chaînes et les financiers ont donné leur feu vert. Et voici qu’il faut composer avec le départ de l’acteur qui constitue la moitié de la chair du feuilleton. Après la deuxième saison de Bron/Broen (The Bridge), Kim Bodnia, qui incarnait Martin, a décidé de quitter l’aventure. La troisième saison, qui sort ces temps en DVD, montre la manière dont les auteurs ont affronté le problème, de taille.

Lire aussi: Les séries TV suédoises font tourner, et tomber, les têtes

Le représentant d'une humanité un peu normale

Face à l’inspectrice suédoise, et bipolaire, Saga (Sofia Helin), Martin représentait l’humanité un peu normale, si tant est qu’elle existe. Le personnage, le policier danois, avait une vie de famille, quoique chahutée. Il voulait rentrer du boulot le soir, et sans lourd jeu de mots, couper un moment les ponts avec les sordides événements de la journée. Avant d’être appelé, en pleine nuit, par sa collègue suédoise.

Pour raconter les deux sombres saisons de Bron/Broen, avec leur cadavre au milieu du pont de l'Øresund ou leurs terroristes écolos, il fallait bien la rondeur avenante, rassurante, de Martin, qui tempérait l’implacable mode d’investigation de Saga.

A ce sujet: «Bron/Broen», un pont inspire un grand polar du Nord

Les créateurs sceptiques à l'idée d'une saison 3

Pour la troisième saison, comment s’y prendre? Entre les auteurs, le débat a été vif. Selon un scénariste rencontré par Le Temps, les créateurs de la série ne voulaient pas continuer, jugeant que sans le personnage de Martin, la dualité unique, et structurante, de la série volait en éclats. Mais les concepteurs initiaux n’étaient plus sur le pont. Et comme pour clore encore davantage la première période de Bron/Broen, leurs successeurs ont tenté un coup risqué, en renversant la situation. Ils n’ont pas cherché un nouveau Monsieur normal, mais ont esquissé un cas encore plus marqué que Saga. Le succès d’audience de la troisième saison dans son pays a validé la tactique aux yeux des responsables. Une quatrième volée a été confirmée.

Au final, un choix brillant

L’option retenue apparaît aussi risquée que brillante. Dans cette troisième enquête, la quasi-autiste Saga est confrontée, et pourtant associée, à un collègue non moins tourmenté, bardé de secrets liés à la disparition de sa famille. De cette façon, la série se trouve relancée par un retournement interne, puisque la mécanique du duo devient tout à fait différente. On se piquera même de trouver quelque banalité dans un geste ou une réplique de Saga. C’est dire l’ampleur du bouleversement.

C’est entendu, Bron/Broen a survécu au départ qui aurait pu la couler. Au reste, ce troisième chapitre garde le même niveau de qualité que les précédents. Cette fois, le drame commence par la découverte du corps d’une Danoise à Malmö, ce qui nécessite une nouvelle collaboration binationale. Il y aura d’autres meurtres, le soupçon d’une vague d’ultraconservatisme assassin, des manœuvres douteuses dans les services sociaux, ainsi que quelques remugles de crime organisé. L’intrigue se révèle aussi complexe qu’auparavant, peut-être encore un peu plus tirée par les cheveux. Mais le suspense demeure à un degré d’intensité comparable, confirmant le talent de ce qui se bâtit autour du pont.

Encore à propos de «Bron/Broen»: Les séries du Nord et leur génie musical


«Bron/Broen» («The Bridge»), Coffret 4 DVD, Studiocanal.


Retrouvez nos articles à propos de séries TV sur cette page.

Publicité