Fer de lance de ce qu’on appelle le Nouvel Hollywood, à savoir l’émergence dès la fin des années 1960 d’une génération de réalisateurs avides de nouvelles manières de raconter des histoires, loin des codes du cinéma classique, Martin Scorsese est on le sait un immense cinéphile. Fin connaisseur du cinéma américain, il est tout autant passionné par le néoréalisme italien que le cinéma d’Afrique noire. «Marty est obsédé par le cinéma», résume simplement Margaret Bodde, qui dirige The Film Foundation, l’organisation à but non lucratif qu’il a créée en 1990 entre New York et Los Angeles.