Musique

The Last Moan, l’étoile montante du rock valaisan

Le duo de Sion va proposer son garage rock dans de nombreux festivals cet été. Festi’neuch l’accueille vendredi

Une guitare, une batterie et une voix. Le groupe valaisan The Last Moan a fait du minimalisme son ADN. Et ça fonctionne. Igor Métrailler et Gaëtan Nicolas sont des figures montantes du renouveau du rock valaisan. Les scènes de certains des plus grands festivals de Suisse les attendent cet été.

L’aventure démarre presque accidentellement en 2013, sur les bancs d’école à Sion. Igor Métrailler (guitare et voix) commence à écrire ses propres compositions alors que Gaëtan Nicolas (batterie) vient de se séparer de son groupe. L’alchimie est instantanée. «On s’est retrouvés pour répéter et ça a tout de suite fonctionné», raconte Igor Métrailler. Pour évoluer, le groupe s’inspire d’autres duos. «Nous sommes de la génération des White Stripes. Ce groupe, mais également ceux qui l’ont influencé, nous ont permis de progresser.»

«Deux écoutes différentes»

Il faudra attendre quatre ans pour que le duo sorte son premier album, exclusivement en vinyle. Zig Zag Dream permet de découvrir la facette studio du groupe, moins brute. Plusieurs instruments, comme des orgues ou des synthés, viennent étoffer les compositions. «Nous trouvions intéressant que notre public puisse avoir deux écoutes différentes entre l’album et les concerts», argumente Igor Métrailler. Pari réussi, puisque le disque marque les esprits.

Lire aussi:  Le Roi Angus, souverain pop

The Last Moan a remporté, en décembre dernier, le Swiss Live Talent dans la catégorie rock-métal. Une étape importante, selon le guitariste-chanteur: «Cette récompense nous a donné énormément de crédibilité, mais également une visibilité accrue de l’autre côté de la Sarine.» Ce qui explique la multiplication des dates lors de grands festivals cet été.

Festi’neuch, une date spéciale

Le duo a entamé sa tournée la semaine dernière sur la scène du Caribana. Il la poursuit ce vendredi sur les bords du lac de Neuchâtel pour Festi’neuch. Une date spéciale pour les deux Valaisans. «Nous avons vécu plusieurs années à Neuchâtel durant nos études, c’est un peu comme si on jouait à la maison», sourit Igor Métrailler, qui a une pensée toute particulière pour les étudiants de l’université. «Le festival a lieu à quelques pas de l’établissement, durant la période des révisions. Je suis heureux de me retrouver cette année de l’autre côté des fenêtres, sur la scène.» Et ce n’est pas la dernière qu’ils fouleront cet été. Le Gurtenfestival et le Moon & Stars de Locarno sont notamment au programme de la tournée estivale du duo valaisan.

Lire également:  Roméo Elvis: «Le rap, c’est le nouveau rock»

Viendra ensuite le temps de penser au deuxième album. «Plusieurs ébauches de chansons existent déjà», avoue Igor Métrailler. Il les a écrites lors d’un séjour estudiantin à Londres, qui l’a beaucoup inspiré. L’objectif de The Last Moan est de retourner au plus vite en studio pour enregistrer un nouvel opus, mais le groupe ne se met pas la pression pour autant. «Nous n’avons pas de date limite, le deuxième album sortira quand il sortira», conclut Igor Métrailler.


The Last Moan, vendredi 15 juin 2018 à 19h30 sur la scène de La Marée dans le cadre de Festi’neuch.

Publicité