rock

The Queen is Dead, par The Smiths

Un an après Meat is Murder, grand album oublié des Smiths, The Queen is Dead constitue le chef-d’œuvre de la discographie du chanteur Morrissey. Au-delà de son titre provocateur pour les Britanniques et de sa pochette iconique et gayi (référence à Delon dans L’Insoumis), le troisième album en deux ans du groupe anglais recèle une tension, une dramaturgie et un humour pince-sans-rire littéralement époustouflants. Porté par le magnifique «There is a Light That Never Goes Out», «I Know It’s Over», «Bigmouth Strikes Again» ou «The Queen is Dead» bien sûr, le disque a influencé quantité de formations rock. Et fut célébré dix ans plus tard par des relectures de Supergrass («Some Girls Are Bigger Than Others»), The Boo Radleys ou The Divine Comedy.

Un an après Meat is Murder, grand album oublié des Smiths, The Queen is Dead constitue le chef-d’œuvre de la discographie du chanteur Morrissey. Au-delà de son titre provocateur pour les Britanniques et de sa pochette iconique et gay (référence à Delon dans L’Insoumis), le troisième album en deux ans du groupe anglais recèle une tension, une dramaturgie et un humour pince-sans-rire littéralement époustouflants. Porté par le magnifique «There is a Light That Never Goes Out», «I Know It’s Over», «Bigmouth Strikes Again» ou «The Queen is Dead» bien sûr, le disque a influencé quantité de formations rock. Et fut célébré dix ans plus tard par des relectures de Supergrass («Some Girls Are Bigger Than Others»), The Boo Radleys ou The Divine Comedy.

Publicité