Sur cette place du village audiovisuelle globale qu’est Netflix, la situation de la Pologne est plutôt tumultueuse ces temps. D’un côté, un film décrié; de l’autre, une série portée aux nues. 365 Jours, c’est le film, est présenté comme un genre de 50 Nuances de gris en plus glauque. Une femme est enlevée et va s’amouracher, peu platoniquement, de son ravisseur: ce syndrome de Stockholm érotisant défraie la chronique et est même décrit comme une honte nationale par certains – d’autant que sa présence sur la plateforme américaine étend sa visibilité au monde.

Retrouvez tous nos articles sur les séries TV