Une idée de la vie, en apesanteur qui plus est. Rien que ça. A la tête du Théâtre de l'Orangerie, Andrea Novicov a ce désir-là: créer des bulles d’air qui sont des alternatives à nos courses de damnés; modifier nos paysages intérieurs, pour nous réconcilier avec l’invisible: les racines des arbres, les mille et un oiseaux que nous confondons dans les nuées. Au parc La Grange à Genève, cette aspiration se traduit, dès le 28 juin, par un spectacle d’ouverture dont le titre est une promesse, Fabula rasa.