L'année commence en beauté pour Gisèle Sallin et Véronique Mermoud. Toutes deux, compagnes artistiques depuis 25 ans, fondatrices et meneuses du Théâtre des Osses à Givisiez (FR), se sont vu décerner, le 1er janvier, l'Anneau Hans-Reinhart, la plus haute distinction du théâtre suisse. Le prix, créé en 1957, est remis chaque année par un jury indépendant élu par le comité de la Société suisse du théâtre (SST). Parmi les personnalités primées, on compte Benno Besson, Annemarie Blanc, François Rochaix, Bruno Ganz, Luc Bondy et Werner Strub.

Selon les termes de la SST, la récompense salue «l'engagement dynamique et tenace» des deux femmes qui ont réussi à imposer l'idée d'un théâtre professionnel dans une région qui ne disposait pas d'un tel lieu. L'Anneau arrive ainsi juste après la reconnaissance par le pouvoir politique fribourgeois du travail accompli en dix ans par le duo, secondé par une équipe de production engagée: Jean-Christophe Despond, Marie-Claude et Anne Jenny. En

effet, en juin 2002, grâce à l'impulsion d'Isabelle Chassot, nouvellement nommée à la tête du Département de l'instruction publique et de la culture, le budget culturel du canton est largement augmenté. La subvention du Théâtre des Osses est alors passée de 300 000 à 900 000 francs. La scène de la banlieue de Fribourg a été rebaptisée Centre dramatique fribourgeois. Une équipe de treize permanents est depuis attachée au théâtre. «Nous ne nous attendions pas du tout à recevoir ce prix prestigieux: je suis bouleversée», glisse Véronique Mermoud.