Humour

Thomas Wiesel se tire le portrait

Après une absence de quelques mois, l’humoriste revient avec «Ça va», son premier «vrai» spectacle qui délaisse la politique pour une introspection sans concession. Remarquable

A force, il nous avait habitué à trembler. Depuis que Thomas Wiesel a infiltré le monde de l’humour romand il y a huit ans, sa plume s’est faite toujours plus incisive, grinçante, voire militante. Sur les ondes de LFM ou de La Première, dans l’émission satirique Mauvaise Langue ou lors de galas privés, le Vaudois nargue les politiques, les multinationales, les journalistes et même les humoristes eux-mêmes. L’actualité est son terrain de jeu préféré et en général, personne n’est épargné.

Lire aussi:Thomas Wiesel, la relève de l’humour romand