Et si c’était l’une des histoires genevoises les plus enthousiasmantes, et donc exemplaires, de ces vingt dernières années? Au moment où Antigel invite à l’aventure pour la dixième fois, trois semaines de nuits bleu électrique, de spectacles souvent singuliers, de concerts en bordure de chapelles et de légendes, on doit saluer la beauté d’un geste qui embrasse une population.

Alors qu’à Genève, ville et communes conçoivent leur offre culturelle en ordre dispersé et que le canton peine à définir un cap dans le domaine, Eric Linder alias Polar – son nom de musicien – et Thuy-San Dinh – une sacrée organisatrice – redessinent les contours du territoire à l’enseigne d’Antigel. Ce rêve réalisé, ils le portent depuis onze ans, quand ils imaginent, avec Claude Ratzé – aujourd’hui à la tête de La Bâtie – un conte d’hiver qui ne ressemblerait à aucun autre.