Il cite Cocteau et Kundera dans un même élan, posément. Tim Dup n’a pourtant que 25 ans mais sa prose est déjà effrontément irriguée et aguerrie. Le livret de son nouvel album, Qu’en restera-t-il?, met en exergue une considération du poète et cinéaste français affirmant que «le temps des hommes est de l’éternité pliée». Le chanteur s’y réfère pour «définir la sensation» qu’il a «voulu mettre dans ce disque» et la complète par un incipit de l’écrivain tchèque rendu fameux par L’Insoutenable Légèreté de l’être: «Son drame n’était pas le drame de la pesanteur, mais de la légèreté. Ce qui s’était abattu sur elle, ce n’était pas un fardeau, mais l’insoutenable légèreté de l’être.»

Lire aussi: Le rire de Milan Kundera