Document

Tintin et le capitaine Haddock plongés au cœur de l’Histoire

Un deuxième hors-série «Historia»-«Le Temps» vient de sortir. Evocation du contexte historique qui fait le sel des aventures de Tintin

Mille sabords! Stupéfait, le capitaine Haddock apprend que l’avion syldave dans lequel le professeur Tournesol a été embarqué de force près de la frontière suisse a été détourné sur la Bordurie.

Et où découvre-t-il cette information? Dans le Journal de Genève, qu’il vient d’acheter à un kiosque de la gare Cornavin avec L’Echo illustré de la semaine. Datée du 16 juillet 1955, la couverture de l’hebdomadaire catholique romand montre les conseillers fédéraux Max Petitpierre et Paul Chaudet en excursion. On devine leurs jambes sur le magazine romand plié en deux sous le coude du capitaine…

Ce petit décryptage d’un dessin d’Hergé démontre l’imbrication étroite entre la fiction des aventures de Tintin et la réalité historique bien documentée. La scène est tirée de L’Affaire Tournesol, dont la moitié du récit se déroule entre Genève, Nyon, Rolle et la côte française du Léman. C’est également l’illustration de une d’un deu­xième numéro spécial de la revue Historia, coédité avec Le Temps pour la Suisse, sur Les Personnages de Tintin dans l’Histoire. Le premier avait paru l’an dernier, avec un succès considérable.

De Tintin en Amérique à l’inachevé Tintin et l’Alph-Art, les quatorze titres de Tintin qui n’avaient pas trouvé place dans le premier volume sont mis en rapport avec les événements ou tendances historiques qu’Hergé avait saisis et choisis comme toile de fond ou trame de ses récits, ancrant ainsi ses héros dans leur époque. Même si son habileté leur donne une dimension intemporelle, capable de captiver des générations successives de lecteurs.

L’Amérique des années 30, c’est notamment le gangstérisme et son chef de bande le plus célèbre, Al Capone. Hergé en fait l’unique protagoniste bien réel de ses histoires, sous son véritable nom et fidèlement dessiné: il s’est bien inspiré d’autres personnages historiques, mais en les travestissant ou sans les nommer (Auguste Piccard, Jacques Bergier, Henry de Monfreid, Marcel Dassault…). Et l’Alph-Art, qui reflète l’intérêt du dessinateur pour l’art contemporain à la fin de sa vie, met en scène un douteux barbu qui ressemble fort au faussaire Fernand Legros, qui a défrayé la chronique dans les années 70.

Historia évoque aussi la conquête spatiale, avec bien entendu le diptyque sur la Lune, l’esclavage moderne avec Coke en stock, la vague des détournements d’avions avec Vol 714 pour Sydney, le phénomène people avec Les Bijoux de la Castafiore, la guerre du pétrole avec Au Pays de l’or noir ou la révolution cubaine avec Tintin et les Picaros (pas forcément à bon escient, ce dernier album d’Hergé évoquant plutôt les incessants putschs et révolutions de palais en Amérique du Sud).

Enfin, pour revenir à L’Affaire Tournesol, elle s’inscrit au cœur de la course aux armements et en pleine Guerre froide, avec une Suisse théâtre privilégié de la guerre de l’ombre des réseaux d’espionnage. C’est aussi le premier album qu’Hergé dessine après avoir réalisé des repérages sur place: dans la première partie de sa vie, il a peu voyagé et sa documentation de plus en plus minutieuse est surtout livresque, et basée sur la consultation d’experts.

Pour cette évocation, une vingtaine d’historiens et autres spécialistes ou tintinologues démêlent fiction et réalité, replaçant les albums dans le contexte de leur époque, entre 1932 et 1986. Un petit regret tout de même, les solides dossiers historiques sur les événements qui ont inspiré l’œuvre d’Hergé et les contributions et anecdotes sur les albums de Tintin concernés cohabitent sans vraiment entrer en dialogue. Mais le lecteur y trouvera une foule d’informations, et sans doute l’envie de replonger une fois encore dans les impérissables aventures du petit reporter «au cœur du XXe siècle».

L’album « Les Personnages de Tintin dans l’Histoire », vol. 2, hors-série de la revue «Historia», en coédition avec «Le Temps», est disponible au prix de 15 CHF TTC dans les kiosques et les librairies de Suisse romande et peut également être commandé par Internet sur www.letemps.ch/boutique ou par mail à tintin@letemps.ch. Les abonnés du Temps profitent d’un tarif préférentiel de 12 CHF TTC (hors frais de port) lors de leur commande.

Al Capone est l’unique protagoniste bien réel des histoires de Tintin, sous son véritable nom et fidèlement dessiné

Les auteurs démêlent fiction et réalité, replaçant les albums dans le contexte de leur époque

Publicité