Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

enfants

A tire-d’aile

Albertine et Germano Zullo signent «Les Oiseaux», tandis que le moineau Chickou traverse la Corée

Enfants

C’est une des heureuses surprises de cette rentrée: le nouveau registre – poésie tendre et sagesse onirique – qu’explorent Albertine et Germano Zullo leur convient à merveille.

Très peu de mots racontent Les Oiseaux, mais chaque phrase ouvre des espaces de signification où s’engouffre une autre narration, celle des images, qui permet à la fois la respiration et les silences nécessaires à cette belle histoire.

Elle débute avec des pages d’un jaune intense, des champs peut-être, ou de la roche, qu’un camion rouge traverse; bientôt le véhicule s’arrête, le conducteur sort, ouvre la portière arrière et une multitude d’oiseaux bariolés s’envolent. Une seule phrase a accompagné cette dizaine de pages: «Certains jours sont différents.» Plus tard, on apprendra que c’est un tout petit détail qui fait qu’un jour ne ressemble pas aux autres, et ce détail, ici, ne sera jamais nommé. Mais le lecteur le voit: un oiseau noir est resté dans le camion, apeuré, indécis, ce sera à l’homme de l’aider à prendre son envol.

L’histoire ne finit pas là, s’aventure dans des élans plus audacieux encore. Pourtant l’essentiel est dans cette belle partition: deux voix en parfaite harmonie, qui jamais ne se concurrencent, jamais n’interfèrent, le texte mène une réflexion poétique et philosophique sur ce qui fait le prix d’une journée, d’un instant, tandis que les images s’élèvent dans une métaphorisation lumineuse.

***

Chickou le moineau a été élevé par son père dans le mythe de la Grande Prairie, endroit idéal ou idéalisé, où les oiseaux ne craindraient rien et pourraient vivre en paix. Le voilà orphelin et comme investi d’une mission: trouver ce lieu rêvé. Ses aventures le mèneront d’un bout à l’autre de la Corée, pays des auteurs de ce roman plutôt atypique, faisant preuve de quelques maladresses dans la narration, mais surtout d’un charme évident!

Les illustrations, d’une grâce parfaite, participent largement à la réussite de l’ensemble; l’ouvrage est d’ailleurs édité avec un soin et un souci du détail, des couleurs, de la typographie tout à fait admirables. Chickou va grandir, il va apprendre et souffrir, il va combattre et même aimer tout au long de ces 180 pages qui célèbrent l’indéfectible volonté d’un très petit être.

Qui ? Germano Zullo
Titre: Les Oiseaux
Langue: Illustr. d’Albertine
Chez qui ? La Joie de lire. Dès 5 ans

Qui ? Gwak Jae-gu
Titre: Chickou, le pionnier de la Grande Prairie
Trad. de Lim Yeong-hee et Françoise Nagel
Langue: Illustr. de Lee Hyeri
Chez qui ? Picquier Jeunesse. Dès 10 ans

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps