L’histoire

Dans les entreprises sud-coréennes, on ne plaisante pas avec le dress code. La tenue de rigueur au bureau consiste généralement en un pantalon noir, une chemise blanche à manches longues, une cravate bien serrée et un veston pour recouvrir le tout. Du coup, quand arrivent les grosses chaleurs de l’été, pour que les open spaces ne se transforment pas en sauna, les climatisations sont poussées au maximum, au risque de provoquer des pannes de courant généralisées dans les villes du pays.

Pour remédier au problème, les autorités ont pris des mesures drastiques depuis quelques étés. Les températures ne doivent pas descendre au-dessous de 28 degrés dans les bâtiments publics. En contrepartie, les fonctionnaires sont autorisés à venir au bureau sans veston, en manches courtes et sans cravate, tant qu’ils ne reçoivent pas de visiteur. C’est l’effet «Cool Biz».

A Séoul, cette année, même le président adopte le dress code estival. Au risque de choquer les sensibilités de ses concitoyens, il mène ses séances en manches courtes. Le maire de la capitale joue la surenchère en permettant à son équipe de se pointer au bureau en short et sandales pendant le mois d’août. Lui-même a pu être aperçu dans cette tenue lors d’un défilé de mode dans la capitale au début du mois, pour la Journée mondiale de l’environnement.

L’idée vient du Japon, qui a lancé les premières campagnes Cool Biz en 2005, puis a décrété le «Super Cool Biz» pour pallier la pénurie d’électricité post-Fuku­shima. Elle n’est pas au goût de tous en Corée du Sud, surtout parmi les seniors, qui observent d’un œil suspicieux cette libéralisation des mœurs vestimentaires. Malgré l’audace des responsables politiques, beaucoup d’employés continuent à déambuler en costume dans les bureaux. Certains redoutent de perdre leur autorité sans leur cravate.

«Ce que l’on porte peut modifier notre manière de penser, et des vêtements décontractés risquent de relâcher les esprits», met en garde un éditorialiste du Korea Times , avant de demander au maire de Séoul: «Rasez-vous les jambes et ne portez pas de chaussettes dans vos sandales.»