L'orchestre de la Tonhalle Zurich invite des «DJ en résidence»: DJ Beat Hoven, DJ Motz Art, DJ Rave L, DJ St'raussch, DJ Schostako Mix et DJ Minus 8. Cherchez l'erreur. Un seul de ces individus existe: Minus 8, célèbre DJ zurichois. Les autres ne sont que des délires dérivés de compositeurs classiques, destinés à attirer l'œil du potentiel client de moins de 30 ans. Une série d'affiches placardées dans toute la ville mime la signalétique techno et donne le programme des concerts «Tonhalle Late», dont le premier a lieu ce soir.

La Tonhalle, qui compte parmi les plus intéressants orchestres d'Europe, veut attirer un nouveau public: les 15-30 ans. L'orchestre souffre d'un mal universel dans le monde symphonique; son public vieillit et les ventes d'abonnements stagnent. Son chef titulaire, David Zinman, a passé treize ans à la tête du Baltimore Symphony Orchestra où il s'est habitué à une communication plus agressive qu'en Europe. Après qu'il a émis le désir d'attirer un public plus jeune par des moyens inhabituels, l'administration de l'orchestre a élaboré un concept de soirées tardives, terminées en une party electro.

Ce soir, l'orchestre interprétera du Luciano Berio, du Christopher Rouse et du Richard Strauss, avant de laisser DJ Minus 8 transformer le Vestibule de la vénérable institution en «Chill-out-Lounge mit Bar». «Il ne s'agit en aucun cas de mélanger les genres ou de mixer du Strauss, précise Etienne Reymond, administrateur artistique de la Tonhalle, mais de dédramatiser le déroulement d'un concert, pour permettre à une population peu habituée à la musique symphonique de se sentir à l'aise.»

Tonhalle Late, Tonhalle Zurich ce soir à 22 h, rens. http://www.tonhalle.ch, loc. 01/206 34 34. Prochaine soirée le 16 mai 2003.