Electro

Totems Flare, par Clark

Au début de sa carrière, à l’entame du millénaire, on avait coutume de présenter Chris Clark comme le descendant en droite ligne d’Aphex Twin. L’atavisme Warp est certes bien présent sur Totems Flare, mais plutôt sur le mode du gène récessif, qui ne s’exprime que dans des conditions particulières. A cela une raison: Clark est un musicien ouvert, qui se laisse pénétrer par les courants génériques qui l’environnent: electro pop, electroclash (on pensait ce dernier à l’agonie, mais il faut reconnaître que «Growls Garden» est un hymne extrêmement bien ficelé), et une manière de sculpter le son qui n’est pas sans rappeler le Speedy J de la grande époque (A Shocking Hobby, 2000). Au final, on a là un album malin et réfléchi, mais qui a le bon ton de cacher sa complexité sous une inspiration très engageante.

Publicité