Caractères

Transcendance du féminin

CHRONIQUE. Si, si, si! L’Académie française s’intéresse enfin à la féminisation des noms

«L’emploi du féminin dans la ministre, et dans Madame la ministre, qui est apparu en 1997, constitue une faute d’accord résultant de la confusion de la personne et de la fonction.» Cette docte remarque figure dans la neuvième et dernière édition du dictionnaire de l’Académie française. Elle est citée, malicieusement, par Bernard Cerquiglini dans un livre récent, intitulé justement: Le ministre est enceinte et sous-titré «la grande querelle de la féminisation des noms» (Seuil).

Avec humour et précision, ce formidable linguiste et membre de l’Oulipo y détaille les vicissitudes de la féminisation des noms de métiers, qualités et fonctions à travers l’histoire de la langue française. Une langue, note-t-il à plusieurs reprises, dont certaines règles, défendues avec âpreté par l’Académie – en particulier en matière de non-féminisation des noms – relèvent bien davantage de la sociologie des époques que des lois de la grammaire et du lexique.