«Le Conseil de fondation de Saint-Gervais Genève s'est réuni les 14 et 17 mai 2008. Il a décidé, à une large majorité, de transférer la collection et les activités du Centre pour l'image contemporaine (CIC) au Bâtiment d'art contemporain (BAC) dans le cadre du projet fédératif présenté par le Mamco et le Centre d'art contemporain (CAC).» Voilà pour l'essentiel annoncé en conférence de presse lundi par Renate Cornu, présidente de ce Conseil de fondation, et une délégation du bureau.

La liquidation du CIC - qui partage Saint-Gervais avec le théâtre - déjà en vue depuis l'été 2007 se confirme donc. Mais pas de ses activités. Le Conseil de fondation précise en effet que «ce transfert est soumis à l'octroi de garanties fermes». Les cinq personnes employées aujourd'hui au CIC devront retrouver du travail au BAC: quatre au CAC et André Iten, fondateur du CIC, en tant que conservateur de la médiathèque, transférée au Mamco, mais propriété de la Ville de Genève.

La collection mise sur pied au CIC depuis plus de vingt ans (1700 œuvres) devrait ainsi pouvoir être développée. Elle est le reflet des manifestations tenues à Saint-Gervais, particulièrement de la Biennale pour l'image contemporaine et de Version, que le Conseil de fondation veut voir perdurer au sein du CAC, sous la direction d'un commissaire indépendant. La mission de services auprès des jeunes artistes devrait aussi être sauvegardée.

Cette décision du Conseil a été prise suite au rapport d'un groupe de travail. Aussi sans doute suite à la pétition internationale qui a défendu le travail du CIC. Une délégation du Conseil négociera avec des représentants du Mamco et du CAC, et un soutien juridique. Jean-François Rohrbasser, conseiller culturel au Département de la culture de la Ville, membre du Conseil de fondation du CIC, souligne qu'au-delà des accords négociés entre les partenaires, de nouvelles conventions de subventionnement devront aussi intervenir avec la Ville et l'Etat.