livres

Traques mortelles en Afrique du Sud, le nouveau roman de Mike Nicol

L’écrivain Mike Nicol situe «L’Agence» dans le monde trouble du renseignement. Un polar épique et haletant dans un pays rongé par la violence

Qui est qui? Qui fait vraiment quoi? Quel imbroglio! Quand on tourne la dernière page de L’Agence de Mike Nicol, on n’est pas totalement sûr d’avoir tout saisi. Il est vrai qu’entre traîtres et agents doubles, le monde du renseignement regorge en lui-même de duplicité et de chausse-trappes. Mike Nicol, né en 1951 au Cap, n’est en outre pas homme à mettre les points sur les i.

Grand nom du polar sud-africain – aux côtés de Deon Meyer notamment –, auteur d’une biographie autorisée de Nelson Mandela, cet écrivain venu du journalisme préfère le raccourci, l’allusion, l’ambiguïté, voire le non-dit aux récapitulations lourdingues qu’affectionnent certains de ses confrères. Résultat: un livre rapide et nerveux en dépit de ses 560 pages, un récit intense et musclé comme pour mieux coller à la réalité complexe d’une société gangrénée par la violence, paralysée par les abus et qui n’en finit pas de soigner les blessures héritées de l’apartheid.