Des trésors archéologiques d’une valeur inestimable, prêtés par la Crimée à un musée d’Amsterdam peu avant l’annexion par Moscou de la péninsule en 2014, doivent être rendus à l’Ukraine, a statué mercredi un tribunal néerlandais. Une décision qui provoque la colère de la Russie.

Lire aussi: A qui appartiennent les trésors de la Crimée antique?

En novembre 2014, quatre musées de Crimée avaient lancé une action en justice pour forcer le musée Allard Pierson d’Amsterdam à rendre la collection d’oeuvres archéologiques, prêtée pour l’exposition «La Crimée: Or et secrets de la mer Noire».

Une question d'«héritage culturel»

Kiev avait également demandé leur restitution. Les juges néerlandais ont estimé que «les objets doivent revenir à l’Ukraine, pays d’origine et d’héritage culturel de ces œuvres d’art», a indiqué le tribunal d’Amsterdam dans son jugement.

Le juge ne se prononce cependant pas sur «le propriétaire légitime de la collection», affirmant que cette question devait être tranchée par les tribunaux ukrainiens. Les parties ont trois mois pour faire appel de la décision du tribunal d’Amsterdam. D’ici là, les trésors archéologiques restent au musée Allard Pierson.

«La Crimée est à nous, point»

«La décision du tribunal d’Amsterdam signifie que, non seulement l’or scythe est ukrainien, mais aussi que la Crimée est ukrainienne», a réagi le président Petro Porochenko sur sa page Facebook. «La Crimée est à nous, point. Ceci résulte de la décision d’un tribunal d’un pays européen», a-t-il ajouté. «Nous attendons avec impatience d’autres nouvelles positives des Pays-Bas.»

Le ministre des Affaires étrangères Pavlo Klimkin a pour sa part salué le «retour à la maison», en Ukraine, de l’or scythe: «J’en suis sûr, il retournera aussi à la Crimée ukrainienne.»

L’indignation de Moscou

Mais Moscou s’est indigné face à cette décision de justice, qui «est un exemple de la violation des droits des institutions culturelles et de la destruction de l’unité de collections de musée», d’après le ministère russe de la Culture.

Le jugement «viole de façon éhontée les principes des échanges entre les musées et le droit du peuple de Crimée vis-à-vis de son propre patrimoine culturel», a-t-il ajouté dans un communiqué. «Les articles de musée doivent retourner à la Crimée où ils ont été trouvés et où ils ont été gardés durant des décennies et étudiés par des archéologues», a souligné le ministère russe.

La Crimée, péninsule riche d’histoire

La péninsule était à la croisée d’anciennes routes de commerce et la riche collection d’objets datant du deuxième siècle de notre ère jusqu’au haut Moyen-Âge a été prêtée au musée d’Amsterdam moins d’un mois avant l’annexion de la Crimée.

Lire aussi: «Il faut un paradis à la Russie»

La Crimée a été annexée par la Russie en mars 2014 après une intervention militaire suivie d’un référendum de rattachement dénoncé comme illégal par Kiev et les Occidentaux.