On pourrait penser que les photographies datent d’hier, si tant est que l’on vive encore comme cela quelque part. Les images prises par Raoul Coutard en Indochine de 1945 à 1954 – dévoilées aujourd’hui dans un livre et une exposition – sont d’une étonnante modernité. L’effet couleur. Les peuplades des montagnes indochinoises en sont le cœur. Femmes aux tenues travaillées ou aux seins nus, gosses au regard interrogateur, fiers pêcheurs. Quelques frêles habitations également, des cérémonies, des vues d’Angkor ou du fleuve Mékong. Le futur chef-opérateur de la Nouvelle Vague a voulu figer un monde avant qu’il ne disparaisse. Loin d’une mise en scène du bon sauvage, Coutard pose simplement son regard sur les gens, à la manière des ethnologues qu’il suivait en mission. De très beaux textes, rédigés par le photographe lui-même, accompagnent les clichés figurant dans le livre.

Raoul Coutard, «Le Même Soleil». Editions Le Bec en l’air, 89 pages. Exposition jusqu’au 16 janvier 2011, Musée Niepce de Chalon-sur-Saône. En parallèle, deux autres expositions autour de la guerre d’Indochine. Rens. www.museeniepce.com