En Corée, sur une terrasse, face à la mer, une mère et sa fille discutent de l’oncle qui est la honte de la famille. Puis, dans sa chambre, la fille rédige un scénario. Son personnage est inspiré par une cinéaste européenne rencontrée dans un festival.

1) Anne (l’atemporelle Isabelle Huppert) arrive à l’hôtel. Elle part faire un tour, ne trouve pas le phare, mais rencontre un maître nageur qui improvise une chanson pour elle sur sa guitare. 2) Anne arrive à l’hôtel. Elle attend son amant coréen, un cinéaste jaloux du maître nageur qui a retrouvé le téléphone qu’Anne a perdu. 3) Anne arrive à l’hôtel avec une ethnologue. Elle interviewe un moine et s’enivre.

Dans la cour des grands

Habitué de la section Un Certain Regard, dont il remporte le Prix en 2010 pour HA HA HA, Hong Sang-soo (Turning Gate) joue cette année dans la cour des grands. Mais avec un film mineur – son cinquième en quatre ans. Le cinéaste coréen reconduit dans In Another Country l’humour mélancolique qui le caractérise et ses obsessions thématiques (le sexe, l’alcool) dans trois récits parallèles et imbriqués. Tel un serpent tricéphale se mordant la queue, le film décline une série des motifs bénins (un baiser, un phare, une bouteille de soju, une tente orange…), ménage des progressions harmoniques d’un récit à l’autre et tord la flèche du temps, puisque la bouteille cassée sur la plage du premier épisode a été lancée dans le troisième. Des idées cocasses (le billet d’adieu que le maître nageur n’arrive pas à lire), triviales (assise sur une bitte d’amarrage, Anne fantasme sur le retour de son amant) ou saugrenues (Anne bêle sur la route pour attirer l’attention de deux chèvres) lestent heureusement un ensemble plaisant, amusant, mais excessivement léger.

Ultime pirouette: sur une terrasse, face à la mer, l’ethnologue et le moine discutent.