Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

livres

Trois livres, trois auteurs, un seul homme

Antoine Volodine publie au Seuil «Ecrivains»; le même publie chez Verdier «Les aigles puent» sous le nom de Lutz Bassmann et fait paraître à L’Olivier «Onze Rêves de suie» sous le nom de Manuela Draeger

Genre: Anthologie
Qui ? Antoine Volodine
Titre: Ecrivains
Chez qui ? Seuil, 200 p.

Ecrivains est une anthologie des registres de Volodine à travers le destin de quelques-uns de ces Untermenschen, ses écrivains post-exotiques. Ils ont renoncé à la notion même d’œuvre. Dans le vide, l’ex-terroriste Linda Woo donne une leçon sur leur littérature: «Un dernier témoignage inutile et imaginaire, prononcé par des épuisés ou par les morts et pour les morts.»

Maria Trois-Cent-Treize parle dans la nuit, dans la mort, seule et nue. Seule l’image compte, dit-elle, et c’est vrai de tout le monde post-exotique. Pendant que deux fous le torturent, un autre échappe mentalement en se souvenant d’un écrit d’enfance, ­Comancer. Il y a plusieurs passages comiques, des œuvres dérisoires, une satire du monde ­littéraire, des remerciements ­burlesques et un témoignage historique.

Genre: récit
Qui ? Lutz Bassmann
Titre: Les aigles puent
Chez qui ? Verdier, 154 p.

Quand Gordon Koum revient de mission, le ghetto où il vivait avec sa femme et ses enfants a brûlé, ce n’est plus qu’un magma de suie, de mâchefer. Il ne lui reste plus qu’à raconter des histoires à un pantin et à un rouge-gorge, «pour faire rire les morts». Lutz Bassmann, qui a écrit des haïkus de prison, est plus abrupt, plus brutal que les autres.

«Avec lui, je m’interdis la belle phrase trop esthétisante, trop poétique, que Volodine ne se refuse pas toujours.»

Dans le monde de cendres où erre Gordon Koum, ne subsiste que le souvenir de l’intense relation fusionnelle, fraternelle, la camaraderie amoureuse qui est le seul sentiment qui demeure dans les ruines, au-delà de la mort. Dans un monde totalement déshumanisé, l’humanité se réfugie dans le couple, la cellule familiale, le petit groupe.

Genre: récit
Qui ? Manuela Draeger
Titre: Onze Rêves de suie
Chez qui ? L’Olivier, 200 p.

La Bolcho Pride, la fête de la Fierté bolchevique, interdite, a dégénéré, et les adolescents brûlent, enfermés dans une maison en flammes. La Mémé Holgolde accompagne leur fin avec des contes. «Ces vieilles chamanes sont des figures d’autorité morale et politique, des bolcheviques immortelles, d’une grande rigidité idéologique. On a tout raté, la révolution est toujours trahie mais vous devez la refaire sans repentir, disent-elles.»

«Manuela Draeger se caractérise par une certaine désinvolture par rapport au réel. Son univers est celui du conte. La frontière entre humains et animaux est poreuse. L’identité est fluctuante, collective, elle passe de l’un à l’autre. Le sentiment de camaraderie est très fort. Quand Manuela Draeger écrit pour des adolescents, je m’interdis d’utiliser une langue trop complexe, j’évite la cruauté, la mort, mais tout est déjà suggéré, à un niveau supportable.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a