Les trois œuvres du peintre Edvard Munch volées lundi dans un hôtel du sud de la Norvège, l'aquarelle La Robe bleue et deux lithographies, un autoportrait de l'artiste et un portrait de l'écrivain suédois August Strindberg, ont été retrouvées moins de 24 heures après leur disparition, a annoncé la police norvégienne.

Iver Stensrud, porte-parole de la police d'Oslo, a précisé que plusieurs personnes, parmi lesquelles des criminels reconnus, avaient été interpellées dans le cadre de l'enquête. Il n'a pas fourni d'autres détails à leur sujet.

«Nous pouvons simplement dire que les œuvres d'art ont été retrouvées. La police a fait du bon travail», a déclaré le porte-parole.

Cette affaire intervient moins de sept mois après le vol spectaculaire de deux peintures d'Edvard Munch (1863-1944), Le Cri et la Madone, qui restent aujourd'hui introuvables.

Les trois œuvres retrouvées avaient été dérobées dans la nuit de dimanche à lundi dans la salle de restaurant de l'hôtel Refnes, près de Moss, à une cinquantaine de kilomètres au sud d'Oslo. Selon Hans Richard Elgheim, de la maison de ventes d'art d'Oslo Galleri Wedels Plass Auksjoner, les lithographies valent chacune entre 200000 et 500000 couronnes norvégiennes (de 36500 à 91200 francs). Quant à La Robe bleue, «nous parlons de plusieurs millions [de couronnes]», a-t-il ajouté.

Pas de lien avec le vol du «Cri»

Le propriétaire de l'hôtel, Vidar Salbuvik, a indiqué que ces trois œuvres faisaient partie d'une collection de sept toiles de Munch appartenant à l'établissement. D'après lui, les auteurs de ce vol ont agi après la fermeture du restaurant, utilisant des leviers pour arracher les œuvres des murs où elles étaient exposées.

Un employé de l'hôtel qui traversait le restaurant dimanche soir vers 23h (22h GMT) a surpris deux hommes sans arme, d'une vingtaine d'années, qui venaient de décrocher les cadres, d'en briser les verres de sécurité et d'en retirer les œuvres, selon Jan Pedersen, autre porte-parole de la police locale.

Il n'y aurait aucun lien entre ce vol et celui du Cri, le chef-d'œuvre mondial d'Edvard Munch, le 23 août dernier, qui avait laissé la Norvège sous le choc. La police n'a toujours pas retrouvé trace des suspects après ce cambriolage de sang-froid, opéré en plein jour au Musée Munch.