«Nous sommes en train de réviser le document. Nous allons nous concentrer sur ses principaux éléments», a expliqué Andreas Kern, porte-parole. «Ce code vestimentaire fait partie de la rénovation de nos filiales en Suisse», a-t-il ajouté.

Le document de 40 pages avait fuité dans «LeTemps» avant d’être rendu disponible sur internet, suscitant de nombreux sarcasmes en raison des détails qu’il contenait. Testé dans cinq agences pilotes, il passait ainsi en revue de la tête aux pieds les consignes vestimentaires exigées par la banque pour son personnel en contact avec la clientèle.

Il préconisait notamment pour les femmes, outre une tenue «professionnelle classique unie» de couleur foncée, de porter sous les chemisiers blancs «des sous-vêtements de couleur chair», qui ne doivent «pas être négligés», «ne jamais serrer, ni rentrer dans la peau».

Pour les hommes, «seul le port de chaussettes noires sans motifs est autorisé», et «les barbes de trois jours» sont bannies, prévenait encore le guide. «Les éléments obligatoires seront les mêmes: les hommes devront porter un costume de couleur sombre, une chemise blanche et une cravate rouge et l’équivalent pour les femmes», a encore expliqué M. Kern, qui a précisé que les conseils de lingeries avaient été changés.

UBS tente activement de séduire à nouveau sa clientèle suisse, scandalisée par les déboires de la banque aux Etats-Unis ainsi que par les pertes gigantesques enregistrées par l’institution durant la crise.