Françoise Berclaz, librairie La Liseuse, Sion

«Je trouve normal et légitime que des libraires cherchent des solutions pour faire baisser le prix du livre à la vente. Payot a trouvé un accord qui ne règle pas pour autant les problèmes qui frappent tout le secteur de l’édition. Je continue à croire que la seule solution réside dans l’introduction du prix unique. C’est une bataille pour laquelle les librairies se sont engagées unanimement depuis plusieurs années et qui sera au cœur d’une votation cruciale au mois de mars prochain. Son adoption apporterait une parade solide à la crise et garantirait la sauvegarde de la diversité de l’offre culturelle des libraires. Payot s’est engagé dans une voie qui n’est pas antithétique à notre bataille. Son directeur Pascal Vandenberghe continue d’ailleurs de soutenir l’introduction du prix unique.»

Marco Dogliotti, librairie Le Parnasse, Genève

«Cet accord me laisse perplexe parce qu’il arrive à un moment inopportun, soit à trois mois d’une votation très importante pour nous. Le sujet du vote est complexe, il pose sur la table des questions difficiles à comprendre pour le grand public. Je crains que la démarche de Payot ne génère de la confusion auprès des votants et qu’elle ne donne l’impression que le front des libraires se fissure. Ce serait regrettable et dommageable pour la bataille que nous menons, d’autant plus que, dans les faits, Pascal Vandenberghe défend toujours l’introduction du prix unique du livre.»

Laura Sanchez, Librairie du Boulevard, Genève

«Avec la signature de l’accord entre Payot et les maisons d’édition Gallimard et Flammarion, nous nous mettons dans une position d’attente. Nous ne savons pas précisément ce que tout cela va générer dans les prochains mois puisque nous traversons une période économique très incertaine. Il est clair cependant que le timing de l’entente entre les parties n’est pas des plus heureux. L’objectif principal pour tout le secteur demeure l’introduction du prix unique. Pascal Vandenberghe s’est lui aussi engagé dans la bataille. Je crois qu’il est très au point sur la question et qu’il sait très bien pourquoi il annonce cette nouvelle solution.»

Jacques Scherrer, secrétaire général de l’Association suisse des diffuseurs, éditeurs et libraires

«Nous nous battons pour mettre fin à la guerre des prix dans le secteur. Je crois que l’accord trouvé par Payot n’est pas de nature à stabiliser le marché et à apporter une réponse à la crise qui frappe les librairies. On peut comprendre que certains acteurs envisagent de nouvelles solutions, mais il est aussi évident que la seule réponse valable demeure celle du prix unique.»