DISQUE

Un Américain à Lausanne, ou le rock selon Favez

Le groupe phare de la scène alternative suisse publie son sixième album

Il y a peu, la scène musicale lémanique faisait encore figure de Janus. A Genève et son Usine le soin d'héberger les formations les plus résolument hardcore, tandis que Lausanne, privée de club fédérateur, se muait en Mecque helvétique de l'électronique et du post-rock distingué. Un constat que vient chahuter le nouvel album du vétéran Favez, simplement baptisé, comme s'il s'agissait de faire bénéficier le chef-lieu vaudois de sa renommée internationale, From Lausanne, Switzerland.

Groupe phare de la scène rock helvétique, Favez revient la tête haute d'une tournée mondiale et d'une année 2001 couronnée de succès, son disque Gentlemen Start Your Engines s'étant écoulé à près de 10 000 exemplaires. Avec From Lausanne, Switzerland, sixième album enregistré aux USA dans les mêmes conditions que son prédécesseur, le quatuor laisse encore un peu plus en rade le souvenir du Favez acoustique qu'avait découvert le grand public à la fin des années 90.

Renforçant les défenses naturelles de son rock écorché vif, le groupe l'entoure d'un mur de guitares plus opaque et oppressant que jamais. Les mélodies franches et les refrains cathartiques, marque de fabrique de Favez, sont toujours présents en quantité appréciable, mais une ampleur supplémentaire, héritée de la scène stoner américaine (Clutch, Kyuss) imprime aujourd'hui sa marque plombée sur le son de l'ensemble.

De fait, si l'on pouvait reprocher jusqu'ici à Favez une approche relativement convenue du matériau harmonique, From Lausanne, Switzerland convainc par la plus grande attention portée aux structures et aux atmosphères contrastées. Loin du schéma couplet-refrain, «And It Rains Like Hell» ou «Come On Give Me A Smile» offrent ainsi à Favez un supplément d'âme, laissant entrevoir une personnalité plus complexe et mystérieuse que celle qu'on lui connaissait jusqu'alors.

Favez, «From Lausanne, Switzerland» (Sticksister/Gentlemen). Concert au Ned de Montreux le 16 fév. www.favez.com

Publicité