Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le tableauHolopherne par Judith retrouvé dans un grenier de la région de Toulouse, en France.

Art

Un «authentique» Caravage a-t-il été découvert dans un grenier en France?

Le tableau serait une oeuvre du peintre italien Le Caravage, selon deux experts européens. L'artiste est l'un des plus grands peintres italiens du XVIIe siècle.

Un tableau découvert par hasard dans le grenier d'une maison du sud-ouest de la France est une oeuvre «authentique» du peintre italien Le Caravage (1571-1610), selon deux experts européens, une conviction tempérée par d'autres spécialistes de l'histoire de l'art.

«Cet éclairage particulier, cette énergie typique du Caravage, sans corrections, d'une main sûre, et les matières picturales, font que ce tableau est authentique», a déclaré mardi devant la presse le Français Eric Turquin, expert en tableaux anciens. 

«Mais il y aura plus de controverses que d'expertises», a reconnu le Français qui a reçu un soutien de taille: l'avis de Nicola Spinosa, ancien directeur du musée de Naples, l'un des grands spécialistes du Caravage. «Il faut reconnaître dans la toile en question un véritable original du maître lombard, presque certainement identifiable, même si nous n'avons aucune preuve tangible et irréfutable», indique-t-il dans son compte-rendu d'expertise.

Un tableau estimé à 120 millions d'euros

Puissante, de facture très sûre et dans un état remarquable, l'oeuvre représente Judith et Holopherne. Réalisée entre 1600 et 1610, cette huile sur toile de grand format, a été retrouvée il y a deux ans à l'occasion d'une fuite d'eau dans une soupente d'un grenier d'une propriété près de Toulouse. En l'état du marché international de l'art, le tableau est estimé 120 millions d'euros par le cabinet Turquin. 

Après l'étude du tableau par le musée du Louvre pendant trois semaines, a souligné Eric Turquin, un arrêté du ministère de la Culture a refusé le certificat d'exportation à titre conservatoire dans l'attente de son expertise officielle. Pour le ministère, la toile mérite d'être «retenue sur le territoire comme un jalon très important du caravagisme, dont le parcours et l'attribution restent encore à approfondir».

Doutes sur l'authenticité de l'oeuvre

«Des gens sérieux attribuent ce tableau à Finson (Louis Finson, peintre flamand (1580-1617), disciple du caravagisme, ndlr)», reconnaît Eric Turquin qui fait part de son intime conviction pour authentifier l'oeuvre.

Selon Le Quotidien de l’Art, «une spécialiste de Caravage, Mina Gregori, estime qu’il ne s'agit pas d'un original du Caravage, mais elle reconnaît en contrepartie la qualité indéniable de l'oeuvre». «C'est une oeuvre importante, qu'elle soit du Caravage ou d'un autre peintre, rappelle-t-on de sources proches du dossier. 

«Caravage est un artiste problématique à attribuer. Il n'y a pas de signature. Il y a eu beaucoup de copies. L'histoire de l'art n'est pas une science exacte. L'attribution d'un tableau à un peintre se fait sur un faisceau d'indices. Cela peut prendre des années et on peut ne jamais trouver la réponse».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps