Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Bessora est une conteuse habile, qui prend un plaisir contagieux à détailler les bonheurs et les affres de son héros.
© Barcroft Images / Getty Images

Livres

Un aventurier boiteux, métis et bâtard

Bessora suit les heurs et malheurs d’un adolescent en quête de reconnaissance qui quitte sa Réunion natale pour Paris, en 1846. De père gabonais et de mère suisse, l’auteure croque une société coloniale décatie à travers ce destin romanesque à souhait

Le premier de cette dynastie de boiteux, c’est Jean-Marie Duchelieu, le père du héros, une aimable crapule, un aventurier pas très heureux en affaires. Son fils, Johann Belloni, est né à la Réunion en 1831, l’homme ne se souvient plus bien de quelle mère. Quand le gamin en quête de reconnaissance tape à la porte de son géniteur, à Paris, en 1846, il ne trouve que son appétissante belle-mère. Duchelieu mène ses trafics au Gabon. La Dynastie des boiteux est le premier volume d’une tétralogie. En postface, Bessora dit s’inspirer de personnages réels, qui ont vécu dans ces années où les sciences naturelles s’épanouissaient. La boiterie, le métissage et la bâtardise, ces blessures dans l’identité de Johann, sous-tendent ce premier volume.

De père gabonais et de mère suisse, l’auteure a vécu en France, en Belgique, aux Etats-Unis, en Afrique. Elle s’est fait connaître en 1999 avec 53 cm: une ethnologue africaine y étudiait avec application les mœurs et les croyances des sauvages européens. Dans La Dynastie des boiteux, elle a la plume diserte et souvent heureuse.

Rêve de grands singes

On suit avec intérêt les aventures de Johann: Bessora est une conteuse habile, qui prend un plaisir contagieux à détailler les heurs et malheurs de son héros. A Paris, cet adolescent en mal de légitimité frôle l’inceste avec sa jolie belle-mère qui retrouve en lui l’odeur de narcisse de son mari. Hélas, elle meurt trop vite lors des émeutes de 1848. Johann suit son père quand celui-ci retourne au Gabon après avoir pleuré sa femme et placé ses filles. Pendant son séjour parisien, Johann a fait son apprentissage de taxidermiste chez les célèbres frères Perrin. Il rêve de grands singes et d’un destin d’aventurier. Mais Duchelieu se débarrasse de lui en le casant dans l’administration coloniale.

Lire aussi: La Fille de l’Aigle (Pour que son souvenir demeure)

Bessora excelle dans les portraits de Blancs décatis. Malin et débrouillard, Johann connaît finalement le sort dont il a rêvé, avec des hauts et des bas, des revirements spectaculaires. Après l’Europe et l’Afrique, il conquiert les Etats-Unis et atteint la célébrité grâce à ses Explorations et aventures en Afrique équatoriale dont le titre entier prendrait cinq lignes, si on le laissait faire. C’est l’époque des zoos humains, de Barnum, des expositions coloniales. Il finira, pauvre et âgé, à Saint-Pétersbourg, à l’aube du nouveau siècle. La vie de ce personnage romanesque lui est contée par une voix qui le tutoie. Il faudra attendre longtemps pour savoir qui lui parle et d’où. On attend avec intérêt les trois volumes à venir, dont l’auteure a semé des amorces au cours du récit.


Bessora, «La Dynastie des boiteux, Zoonomia», Le Serpent à plumes, 432 p.


Bessora sera au Salon du livre de Genève samedi 28 avril à 11h30, à l’enseigne du Salon africain.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps