Trois instruments de musique abîmés se retrouvent dans une poubelle de Prague et commencent à discuter de leur sort. C’est le point de départ qu’a choisi l’auteure Corinne Baudet pour tisser ce conte de Noël mis en musique par l’OSR. Une façon de sensibiliser doublement la jeune génération à la musique symphonique mais aussi à la surconsommation: car violon, flûte et hautbois tous trois jetés, seront récupérés et réparés par une petite fille praguoise, avant d’être réintégrés à l’orchestre des musiciens en tournée dans la ville.

Lire aussi: L’OSR entre ouverture, métissage et mixité

Prague, capitale de la musique

Le choix de Prague comme lieu de l’histoire n’est évidemment pas un hasard, c’est une ville hautement symbolique dans l’histoire de la musique classique. Pour illustrer musicalement cette capitale, l’OSR a choisi de faire entendre les œuvres d’un des compositeurs les plus emblématiques de la République tchèque: Antonin Dvorák. Né dans une famille de boucher rien ne prédestinait Dvorák à la musique. Après avoir travaillé dans la boucherie familiale jusqu’à ses 15 ans, le musicien occupa dans les années 1870 le poste d’alto solo dans l’orchestre de la ville. Les extraits choisis feront entendre les Légendes, la suite tchèque et la suite américaine que Dvorák composa durant son séjour New York lorsqu’il fut nommé directeur du conservatoire.

Lire également: A la recherche du temps des contes, une passion de Noël

Ludwig van Beethoven est lui aussi associé à la ville de Prague, dans laquelle il séjourna en 1796. C’est le somptueux deuxième mouvement de la 7e Symphonie, que l’OSR a choisi de faire entendre. Cette marche sombre et solennelle est certainement l’un des allegrettos les plus célèbres de l’histoire de la musique. Pour compléter le programme, deux incontournables du répertoire: la Pavane de Gabriel Fauré et la Simple Symphony du compositeur Britannique Benjamin Britten. L’OSR sera dirigé pour l’occasion par la jeune cheffe colombienne Ana-Maria Patino-Osorio, assistante cette saison du directeur musical Jonathan Nott, et on s’en réjouit: c’est une manière bien concrète de tordre le cou aux représentations de la musique classique, où trop souvent encore ce sont les hommes qui sont au pupitre.


Orchestre de la Suisse romande, Conte de Noël, mercredi 14 décembre à 19h au Victoria Hall. Retrouvez tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».