«Croire et créer pour la Suisse de demain»: telle était la devise de l'Exposition nationale de 1964 à Lausanne. Trente-huit ans plus tard, Expo.02 a brandi «ImagiNation». Le contraste entre les époques est pourtant moins marqué qu'il n'y paraît, c'est ce que met en lumière un intéressant DVD édité par la Cinémathèque suisse.

L'institution a plongé dans ses archives et ramène plus d'une heure et demie du Ciné-journal suisse, le «téléjournal» jadis diffusé dans les salles de cinéma. Des premières maquettes analysées par le syndic de Lausanne Jean Petrequin en 1956 à la journée de clôture et aux bilans, les équipes du Ciné-journal ont abondamment filmé la sixième Expo. Au fil des séquences du DVD, le curieux découvre les travaux colossaux de Vidy, où 140 000 m2 sont gagnés sur le lac; ce chantier «à l'américaine», allusion au giratoire de la Maladière; et, surtout, les attractions, la Vallée de la Jeunesse, la tour «spirale» de 83 m, la Voie suisse – «bilan de la nation» –, le hérisson de béton bâti par l'armée pour illustrer une «Suisse vigilante», les pavillons des sciences et de la consommation…

L'Expo de 1964 rend de multiples hommages aux traditions, les journées cantonales ainsi que les défilés de toutes sortes semblent y avoir eu une importance bien plus grande qu'en 2002, et le Ciné-journal se régale des belles Tessinoises – quoique «l'éternel féminin aux yeux noirs fût représenté trop parcimonieusement au gré des visiteurs» –, de ces «rudes montagnards de la Suisse primitive, qui sont encore une réalité», ou des coiffes traditionnelles de Saint-Gall, «qui feraient pâlir des Peaux-Rouges». Les «25 Etats» participent totalement à l'Expo, qui accueille aussi le «turbulent et sympathique Jura».

Chez les reporters, la prudence règne. Les séquences sont commentées avec le ton enjoué et appliqué de l'époque, non sans quelques pointes d'ironie masquée. L'Expo fut – déjà! – déchirée par d'incessantes polémiques sur son concept, les retards des travaux, les finances et les ratés initiaux du mésoscaphe de Piccard fils: mais il faut deviner ces batailles entre les lignes des commentateurs, quand ils se demandent si «l'on n'a pas surestimé» la taille des parkings, ou lorsqu'ils évoquent un sous-marin «qui a fait couler beaucoup d'encre à défaut d'eau». Signe des temps, on toraille ouvertement devant la caméra, autre époque…

L'exotisme historique est pourtant très relatif. Quinze ans après la guerre – la précédente Expo, à Zurich, avait eu lieu en 1939 –, en plein boom économique, l'Expo de 1964 raconte une Suisse aux similitudes étonnantes avec celle de 2004. Un certain enthousiasme conquérant en plus, à l'époque. Les chantiers se multiplient, les autoroutes, la Grande Dixence, les tunnels alpins… La production d'énergie par le nucléaire est défendue par le Conseil fédéral. Surtout, éducation et recherche sont invoquées comme planche de salut avec des accents qui résonnent aujourd'hui. Gagnée sur les eaux, l'Expo de Lausanne raconte une Suisse qui malaxe la nature et se frotte aux vents de la globalisation. Dans une séquence programmatique de 1960, «Où en sommes-nous?», le Ciné-journal est clair: «La Suisse a compris qu'elle doit faire des efforts considérables pour son renouvellement scientifique et économique.» On invoque le rang mondial des compagnies pharmaceutiques, l'horlogerie, Swissair… Même les artistes sont convoqués dans cette grande mobilisation de la nation en route vers le progrès, car «l'art n'est plus une activité mineure». Sur place, l'Expo reflète bien cette mutation: la présence des sponsors, la machine de Tinguely qui préfigure les installations conceptuelles d'Expo.02, et qui semble troubler tout autant les visiteurs… Et que fut le mésoscaphe, «premier sous-marin touristique du monde», sinon une énorme entreprise de divertissement didactique comme ont pu l'être certains pavillons des Trois-Lacs?

Pour le directeur de la Cinémathèque, Hervé Dumont, ce premier DVD consacré aux archives du ciné-journal traduit une volonté de «rendre accessibles les trésors de l'audiovisuel suisse». A l'heure de l'explosion du marché du DVD, la démarche paraît prometteuse. Publiée en décembre 2002, une première collection d'archives des débuts du cinéma en Suisse, Il était une fois la Suisse, s'est écoulée à ce jour à 10000 exemplaires. Une deuxième livraison est en préparation, tandis que les archives du ciné-journal feront l'objet d'autres anthologies thématiques sur l'aviation, le dessin animé ou la Suisse pendant la guerre.

Le ciné-journal raconte… Expo 64. (Cinémathèque suisse). Sortie le 24 novembre et, le même jour, vernissage à 20h30 à la Cinémathèque, Lausanne. (Rens. http://www.cinematheque.ch ou 021/315 21 74.)