Après une première édition auréolée de succès l’an dernier, le Festival Goyescas s’ouvre ce vendredi à Genève pour trois événements. Ce qui fait la marque de ce festival, c’est qu’il mêle les disciplines et rend hommage aux arts ibériques d’une manière inventive. «Si l’Amérique du Sud est représentée par des soirées de salsa et autres, nous avons constaté qu’il n’y avait pratiquement rien sur l’Espagne à Genève et en Suisse romande, ou du moins, la culture latine y est souvent envisagée de manière réductrice», explique Serene Regard, membre du comité, par ailleurs producteur-animateur sur Espace 2.

L’association Amigos de España s’est constituée il y a trois ans dans le but de promouvoir la culture espagnole sous ses diverses facettes (musique, danse, arts plastiques et gastronomie). Serene Regard rappelle qu’il y a plus de 15000 ressortissants espagnols à Genève, sans compter les double-nationaux. Aussi la programmation dresse-t-elle une passerelle entre l’Espagne et la Suisse. On y trouve aussi bien des artistes venus d’Espagne que des talents locaux, passionnés de culture ibérique. L’idée est de favoriser le maximum d’échanges possible, destinés à un large public. Pour mener à bien ce projet, le festival est soutenu par l’Ambassade d’Espagne à Berne et par Mirabaud, sponsor officiel et principal.

Hommages à Manuel Torres et Enrique Morente

Sculpture, danse et contes ibériques ponctuent cette deuxième édition. Le premier rendez-vous est consacré à Manuel Torres. Manuella Maury, journaliste et présentatrice de la RTS, dévoilera au public son documentaire L’homme et la matière en compagnie du grand artiste et sculpteur. Originaire d’Andalousie, Manuel Torres vit à Genève depuis 1960. Artisan forgeron-serrurier de formation, il a longtemps travaillé aux Ateliers des Charmilles. Il en garde un savoir-faire et un intérêt particulier pour le métal qu’il utilise dans ses oeuvres. Plusieurs de ses sculptures ont trouvé place dans des rues de Genève ainsi que dans des musées ou des écoles. Ce portrait nous montre «comme on passe du milieu des ouvriers au milieu artistique», résume Serene Regard. Le sculpteur livrera quelques confidences au cours de ce rendez-vous organisé ce soir, à 20 heures, au théâtre Les Salons.

Le lendemain, le Victor Ullate Ballet de la Comunidad de Madrid est très attendu pour un hommage au grand chanteur de flamenco Enrique Morente, dont la musique sera interprétée par sa fille, Estrella Morente. Victor Ullate lui-même, ancien danseur étoile de la compagnie Maurice Béjart de Lausanne, signe la chorégraphie et la mise en scène avec Eduardo Lao. Sa troupe a été fondée il y a bientôt trente ans. Ses chorégraphies s’appuient sur un mélange de danse classique et de danse traditionnelle flamenco. El Sur rend non seulement hommage à Enrique Morente, mais aussi au poète et dramaturge Federico Garcia Lorca (sa 26 nov. à 19h au BFM de Genève).

Enfin, la conteuse Casilda Regueiro proposera des contes (en français) avec son spectacle «Colorín, colorado». Elle sera accompagnée d’un guitariste pour camper l’atmosphère de l’Espagne. Puis, l’Atelier-Théâtre de l’unité d’espagnol de l’Université de Genève présentera La Cueva de Salamanca (1615) de Cervantes dont on célèbre cette année les 400 ans de sa mort. La grotte de Salamanque (ou cave de Salamanque) est un lieu légendaire où le Diable aurait résidé et prodigué ses enseignements à des élèves choisis… Cette représentation, donnée en espagnol, est dirigée par Abraham Madroñal (di 27 à 11h au théâtre Les Salons).


Festival Goyescas, du 25 au 27 novembre, aux Salons et au BFM à Genève. Loc. 058 568 29 00 et www.festivalgoyescas.ch