Romantic, 10 CD, harmonia mundi/h.m. – musicora. Env. 50 fr.

Harmonia mundi rassemble en un coffret élégant et sobre quelques enregistrements phares de son catalogue de musique romantique. Il y a la Missa solemnis de Beethoven et le Requiem allemand de Brahms (très réussi!) sur instruments d’époque par Philippe ­Herreweghe. On y trouve une ­superbe sélection de pièces sacrées a cappella de Brahms par Marcus Creed et le RIAS Kammerchor. Alain Planès s’empare des Préludes Op. 28 de Chopin sur un piano Steinway de 1906 aux jolies sonorités et Brigitte Engerer joue les Nocturnes. La musique de chambre se concentre sur Schubert, avec l’enthousiasmant Trio Op. 99 par Jean-Claude Pennetier, Régis Pasquier et Roland Pidoux et le Quintette «La Truite» (Trio Wanderer). Deux récitals de lieder consacrés à Schumann couronnent cet ensemble: Frauenliebe und -leben chanté par l’émouvante et sincère Bernarda Fink, puis le cycle Dichterliebe et le Liederkreis Op. 39 par le sensible Werner Güra.