Le Festival des arts vivants de Nyon a débuté mercredi à l'Usine à Gaz par deux spectacles: Désespoir de singes par le duo français Grand Magasin et Pas sage par la compagnie Les Mordus. Les applaudissements du deuxième étaient aussi nourris que ceux du premier étaient dubitatifs. Les deux spectacles se déroulant à la même heure, il ne sera question ici que… de Grand Magasin justement.

Pascale Murtin et François Hiffler s'ingénient à détourner mots et situations. Le théâtre, ses codes, ses rituels, les attentes du public s'offrent comme une proie idéale à leur machine à désosser les conventions. Désespoir de singe cerne de toutes parts les petites absences ou les grandes, celles qui accaparent l'esprit sans crier gare, qui font germer des poches d'imaginaire au creux même du quotidien. La première partie du spectacle, de loin la plus convaincante, est filmée et capte ses instants éphémères qui disparaissent normalement dans les oubliettes. Tout l'humour décalé qui fait la marque de Grand Magasin agit à merveille: François met ses chaussettes et s'interrompt soudain les yeux dans le vague; Pascale roule une affiche quand soudain… Après les parenthèses mentales, les parenthèses urbaines, ces lieux «tristes à pleurer», grands absents de tout programme de réhabilitation de quartier.

Le corps du spectacle pousse un cran plus loin et dresse une liste saugrenue d'absences, cette fois jouées, et chronométrées, par Pascale Murtin et François Hiffler. Les attentes du public sont mises à l'épreuve. Puisque le vide, même habité, est à chaque fois au rendez-vous. Juste dans sa radicalisation, le spectacle n'était peut-être pas à la meilleure place en ouverture de festival.

Festival des arts vivants (FAR), Nyon, jusqu'au 17 août. Loc: 022/365 15 55. www.festival-far.ch