Tadeusz Kantor voulait travailler avec tous les matériaux, surtout avec les objets de «bas niveau», auxquels il assurait sur scène la même aura qu'à ses acteurs, marionnettes ambulantes, corps vidés. Sur la photographie d'un happening prise par Eustache Kossakowski, il emballe l'une de ses figures. Le «Manifeste sur l'emballage» exposé non loin éclaire ce que le Polonais décryptait comme un «acte de mémoire». Il l'a rédigé lors de l'un de ses nombreux séjours à Chexbres (VD), où résidait Theodor Ahrenberg, un collectionneur suédois, intime de son travail.

L'exposition que le musée Migros consacre à Kantor a le mérite de l'exubérance. Elle n'offre ni référence chronologique ni classement thématique mais insiste sur le langage éclectique et sans frontière du créateur polonais. C'est un voyage entre photographies de happenings, objets ou marionnettes construits pour la scène et de nombreuses vidéos de ses performances. L'occasion de mettre en perspective son influence majeure sur la création contemporaine. A. Fo.

Migros Museum für Gegenwartskunst, Limmatstr. 270, Zurich. Rens. http://www.migrosmuseum.ch et 044/277 20 50. Jusqu'au 16 novembre.