■ L’année 2020 en chiffres

Malgré les différentes périodes de fermeture des magasins, le marché du livre en France a représenté 342 millions d’exemplaires physiques et numériques vendus en 2020, soit 3,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires, en retrait modéré de moins 2,7%. Les données, communiquées par le panéliste GfK, brossent un portrait finalement rassurant: l’édition s’est sortie de l’impasse qui s’annonçait avec l’année coronavirus.

Evidemment, le livre numérique a tiré son épingle du jeu, avec 5% des ventes – soit 1 point de plus qu’en 2019. Il représente ainsi 2,9 millions de clients, soit 31% de mieux. Quant au livre audio, il a compté 3,3 millions d’acheteurs (abonnement ou achat unitaire).

Comme l’a déjà signalé Le Temps, la bande dessinée affiche une belle santé, avec 591 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit une hausse de 6%. Enfin, tendance prévisible, le mois de décembre a représenté 21% du CA total de 2020 – ce qui représente 25% de croissance en regard de l’année dernière. Cependant, commente GfK, «ce phénomène n’est pas un simple rattrapage de la fermeture des points de vente le mois précédent, le CA cumulé de la période novembre/décembre affichant +5%».

■ Hervé Le Tellier, un Goncourt hors norme

Conséquence inattendue d’une année 2020 improbable, le Prix Goncourt 2020 décerné à Hervé Le Tellier pour L’Anomalie (Gallimard) réalise un véritable record. Vendu à plus de 633 000 exemplaires d’après son éditeur, le roman devient le deuxième Prix Goncourt le plus vendu de l’histoire. Il dépasse ainsi Les Bienveillantes de Jonathan Littell, et se positionne juste derrière L’Amant de Marguerite Duras.

Notre critique: «L’Anomalie», un roman drôle pour temps d’Apocalypse

Hervé Le Tellier lui-même n’en revient pas: «Là, on arrive à des niveaux qui m’étonnent, qui sont sans doute liés à toute une série de facteurs qu’on peut analyser objectivement, et subjectivement aussi. Mais oui, ça change totalement la place d’un écrivain dans le paysage littéraire. Les gens sont malheureusement confinés, et les livres en profitent.»

■ De nouveaux mousquetaires pour Dumas

Athos, Porthos et Aramis, et leur recrue de Gascogne, d’Artagnan, sont de retour pour déjouer les pièges de Milady et sauver la Reine. Cette aventure éternelle, Les Trois Mousquetaires, fait partie d’un projet d’adaptation plus vaste, que porte le producteur Dimitri Rassam, associé aux scénaristes Alexandre de la Patellière et Matthieu Delaporte.

S’ils ont également prévu de reprendre Le Comte de Monte-Cristo, les trois hommes s’intéressent pour le moment à la réalisation d’un diptyque, nommé D’Artagnan et Milady. Le roman paru en 1844 signé Alexandre Dumas père a d’ailleurs une distribution, apprend-on, ainsi qu’une date de tournage. Avec un budget de 60 millions d’euros, les deux projets démarreront d’ici à l’été, avec au casting… roulement de tambour… Pio Marmaï, pour camper Porthos, Romain Duris dans le rôle d’Aramis et Vincent Cassel pour Athos! Du reste, D’Artagnan sera incarné par François Civil et Eva Green deviendra Milady. Quant au roi Louis XIII, il sera joué par Louis Garrel. Fameuse distribution!

■ Numériser sa bibliothèque soi-même

Si les commerces sont autorisés à rouvrir à compter du 1er mars, ce qui implique que l’on pourra se rendre de nouveau en librairie, certains envisagent peut-être de rester encore un peu à la maison. Le site Internet Archive, bibliothèque numérique qui compte désormais plus de 2 millions d’e-books en prêt, propose d’occuper ses journées.

Grâce à un outil baptisé Scribe, une machine qui prend en photo les pages des livres, puis envoie les images à un logiciel, il est possible de sauvegarder ses ouvrages en format numérique. Ce modèle de scanner nécessitera tout de même de n’avoir pas deux mains gauches. Tous les renseignements sont disponibles ici pour se lancer.

Attention toutefois, l’offre de prêt numérique d’Internet Archive est contestée en justice: les grands éditeurs américains ont décidé de porter plainte pour violation du copyright. Et donc partage illégal de fichiers… Ce qui implique donc que, si l’on choisit de procéder à la numérisation de sa bibliothèque, il convient surtout de ne pas mettre en ligne les ouvrages.


Nicolas Gary est directeur du site Actualitté


Les deux précédentes chroniques de Planète Livres

Les contraventions poétiques de la Bibliothèque de Genève

2020, année de la bande dessinée