Musique

Un livre pour célébrer les 25 ans du Bad Bonn, temple des musiques alternatives

Le petit club rock fribourgeois, à Guin, célèbre un quart de siècle d’activisme musical dans un bel ouvrage rassemblant partitions, dessins ou collages émanant de 164 musiciens

Des partitions annotées ou encadrées de croquis, des dessins, des photos, des collages, des anecdotes et des paroles de chansons à foison. Sur 528 pages réalisées par 164 artistes, couleurs ou noir et blanc, le club rock fribourgeois du Bad Bonn de Guin célèbre un quart de siècle de boucan et d’harmonie sonores glanés sur la scène indépendante internationale. Chaque musicien a librement choisi son air pour rythmer ce Bad Bond Song Book et figurer sur le papier son univers musical. Avec une mention spéciale pour le chanteur américain Jeffrey Lewis, rattaché au mouvement anti-folk, dont les dix illustrations de The French Revolution confirment ses talents de bédéaste.

Ponctué notamment d’un texte de la fragile Américaine Cat Power en forme de déclaration d’amour laissée sur le répondeur de la petite salle, l’ouvrage se feuillette en tous sens comme on musarderait à l’air libre. Avec comme unique repère alphabétique les titres des morceaux choisis et, histoire de prolonger le plaisir visuel, une déclinaison en vidéos sur un site dédié. Où, en images animées, on a entre autres droit à un a cappella bucolique (U.S. Girls), des sessions acoustiques (Alela Diane, Scout Niblett), des tutoriels instrumentaux et leçons de guitare (Black Angels, Mac Demarco), des histoires de chanson (Thurston Moore, Wire, The Flaming Lips), des interprétations ludiques (Cave, Puts Marie) ou à Bonnie Prince Billy depuis sa tanière, qui plutôt que de chanter son offrande met le vinyle sur la platine. Ce Bad Bonn Song Book brille ainsi tant par sa générosité que par sa fantaisie et son originalité commémorative.

Une fantaisie à l’image de cette petite maison perdue dans les champs, qui emprunte son nom à une ex-station thermale immergée sous le lac voisin de Schiffenen, et celui de son pendant festivalier – La Kilbi – à la traditionnelle bénichon, où quelque 2500 groupes ont posé leurs bagages depuis 1991: d’Acid Arab à Sonic Youth, d’Arto Lindsay à Sebadoh, de Black Lips à Timbre Timbre, de Chicks on Speed à Suzanne Vega, de Deerhoof à Wild Beast, de Mogwai à Queens of the Stone Age ou Two Gallants. Sans compter l’armada de formations helvétiques qui toutes ont trouvé en cet emblématique Bad Bonn, programmé par Daniel Fontana et administré par Patrick Boschung avec passion, une oasis de fraternité, un temps suspendu au cœur de la frénésie d’une tournée.

Imaginé voilà trois ans et demi par les graphistes Adeline Morard et Katharina Reidy, Bad Bonn Song Book fait passer pleinement le club de la marge à la page. Un beau dessein dessiné.

«Bad Bonn Song Book», Ed. Patrick Frey, 528 p. www.bbsongbook.ch

Publicité