Livres

Un premier roman dans le boudoir

Apollonie Sabatier, dite «la Présidente», a inspiré plusieurs artistes dans le Second Empire. En 2019, elle inspire le premier roman de Céline Debayle

Connue comme auteure très éclectique d’une quinzaine d’ouvrages, notamment sur le monde arabo-musulman et méditerranéen (Sur les traces de Lawrence d’Arabie, 2015, Grèce, 1993), mais aussi un livre de recettes (Les Pains et leurs Recettes, 1996), grand reporter et journaliste, Céline Debayle livre un premier roman bien ciselé. Son sujet, cerné de près, paraît un peu superficiel: il s’agit du rendez-vous charnel, sous-titre du roman, entre le poète Charles Baudelaire et Apollonie Sabatier, la nuit du 27 août 1857.

L’imaginaire de Céline Debayle se glisse dans les dialogues, les gestes, les déplacements, les pensées des personnages, autrement dit dans les interstices non documentés de cette relation. Ce faisant, elle parle du désir et de la déprise amoureux. Pour le reste, les lettres échangées par le poète et sa muse sont authentiques et les tracas de Baudelaire liés à sa condamnation, quelques mois plus tôt, pour «outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs», entraînant le retrait de six poèmes des Fleurs du mal, font partie de l’histoire littéraire.