«Yukio Mishima, Vie à vendre, inédit, roman traduit du japonais par Dominique Palmé.» En ce début d’année 2020, cette couverture coquille d’œuf de la collection Du Monde entier de Gallimard fait surgir toutes sortes d’images et d’attentes. Impossible d’écarter l’ombre portée de l’auteur, Yukio Mishima, icône de la littérature japonaise, considéré comme un des plus grands écrivains asiatiques du XXe siècle, né en 1925 et qui se donnera la mort en 1970 en organisant autour de son suicide une mise en scène guerrière, flamboyante et sanglante, après un coup d’Etat avorté destiné à exalter la gloire de l’empereur et de la nation japonaise.

Lire aussi: Yukio Mishima et son testament glacé