L’été des séries étant calme et les offres américaines du moment nous faisant bailler avec leurs ados nonnes et guerrières qui cachent leurs secrets sexuels du lycée en affrontant des ours grands comme des camions, on peut passer cet été à ouvrir la fenêtre sur le vaste monde.

D’abord, il faut relever cette idée géniale d’Arte: proposer l’intégrale de The Killing (Forbrydelsen), l’originale danoise. Depuis treize ans, le choc demeure majeur – et elle n’a pas vieilli. Cette série a fait jaillir le laboratoire danois et a imposé un ton de polar nocturne unique face aux Anglais. Amatrices et amateurs doivent l’avoir vue, tout simplement, au moins la première saison. Disponible en ligne et sur l’app d’Arte jusqu’à mars 2021.

Nos rencontres à Copenhague: Dans le creuset des séries danoises

Les offres de Netflix

A propos de Danemark, Netflix, lui, a mis la main sur Borgen, l’autre miracle, qui a fait éclore la série politique en Europe. Et cela marche fort, dit le groupe. Dans les tréfonds de son catalogue, Netflix regorge de séries, d’ailleurs. Citons Quicksand, dure mise en cause d’une adolescente jusqu’à la justice, à Stockholm; ou Amo, sur le trafic de drogue aux Philippines – et venant de là; ou encore Avlu, le combat d’une mère turque jetée en prison. Plus proche, La Trêve, remarquable et sombre fiction policière de Belgique, dont la saison 2 est livrée.

La carte asiatique d'Amazon

Passons sur Apple TV + et Disney, américano-centrés à outrance. Amazon, lui, a des atouts dans sa poche globale, avec un accent sur l’Inde. Entre autres, relevons Mirzapur, froide balade dans la mafia qui a le pouvoir sur une ville du sous-continent, ou Breathe, histoire chorale d’hommes un peu paumés. Du Japon, on peut citer la chronique sociale et urbaine Tokyo Girl.

Retrouvez tous nos articles sur les séries

Chez les diffuseurs classiques

Signalons aussi que la RTS diffuse la deuxième saison du thriller anglais Marcella, dû au Suédois Hans Rosenfeldt (The Bridge), qui repose sur un fort personnage féminin. Et le dimanche 26 juillet, France 3 sert un Montalbano inédit.

En France, M6, qui produit peu, mise beaucoup sur Les Copains d’abord, dès jeudi 30. Une chronique de deux familles dont il est promis qu’elle empoignera des réalités sociales du moment.