Art contemporain

«Un soir aux Eaux-Vives», flânerie artistique

Une balade entre les galeries et les ateliers d’artistes du quartier de la rive gauche, c’est ce que propose «Un soir aux Eaux-Vives», dont la première édition aura lieu jeudi. Pour découvrir des lieux méconnus, où se cachent des bijoux de l’art contemporain

Une question démangeait les galeristes des Eaux-Vives depuis longtemps: comment réussir à fédérer, à faire vivre et connaître ces nombreux lieux d’exposition qui fleurissent dans le quartier genevois? La réponse est finalement venue sous la forme d’Un soir aux Eaux-Vives. La manifestation, qui aura lieu jeudi, propose d’ouvrir galeries et ateliers d’artistes aux badauds qui pourront, le temps d’un afterwork, se balader librement entre différents lieux dédiés à l’art contemporain.

C’est Claude Cornaz, entrepreneur dans le milieu de l’art, qui a donné l’impulsion nécessaire au lancement du projet. Tout est parti d’un surprenant constat. «Organisant moi-même des vernissages et me rendant souvent dans de grands musées comme le Musée d’art moderne et contemporain, je me suis rendu compte qu’il y avait de nombreuses galeries juste à côté de chez moi que je ne connaissais pas. Il y a pourtant de vraies perles d’architecture!» Au total, 19 lieux à quelques pas du jet d’eau, parfois dissimulés dans des ruelles secondaires ou derrière une arcade discrète, qu’on croise sans les voir. «La galerie Calamart par exemple, au Chemin Neuf, cache derrière sa vitrine de deux mètres un immense et magnifique espace d’exposition», relève Claude Cornaz.

Expositions et dégustations

La propriétaire du Calamart, un espace de travail partiellement reconverti en galerie, se trouve être la présidente du comité d’Un soir aux Eaux-Vives, réuni au sein de l’association éponyme. Pour Anne Lambert, l’événement invitera les amateurs d’art du bout du lac à ouvrir leurs horizons. «Il faut leur prouver qu’il y a de très bons artistes aux Eaux-Vives, dont certains affichent une longue carrière ainsi qu’une notoriété internationale.» Un coup de projecteur sur ces peintres, photographes ou sculpteurs méconnus, dont certains seront présents jeudi pour rencontrer les curieux. «Il y aura des œuvres très diverses, de toutes les formes et de toutes les couleurs. Quelque chose de très multiculturel, à l’image de ce quartier.» La soirée sonnera d’ailleurs le lancement de plusieurs de ces expositions.

Séduire les passionnés d’art contemporain, mais aussi donner envie aux novices de s’y intéresser, l’événement se veut ouvert à tous et convivial, souligne Claude Cornaz. La balade, qui s’étend entre les immeubles du quai Gustave-Ador, le parc La Grange et l’avenue de Frontenex, sera notamment ponctuée de petites dégustations gastronomiques et œnologiques proposées par des restaurateurs du coin. «Pour dépasser le cliché des Eaux-Vives et de ses éternelles pizzerias!»

Deuxième édition

A première vue, les Genevois semblent conquis. «On se disait qu’en croisant nos carnets d’adresses, on mobiliserait peut-être une centaine de personnes. Aujourd’hui, sur notre page Facebook, 6000 internautes se sont dits intéressés par l’événement», s’exclame Claude Cornaz. C’est même tout le quartier qui s’enthousiasme. Ayant eu vent de l’événement, diverses petites boutiques du quartier vont rester ouvertes pour accueillir les promeneurs.

Encouragée par cet accueil, l’équipe planche déjà sur une deuxième édition potentielle, imaginée pour l’automne, qui inclura, pourquoi pas, des sessions de fresques lumineuses. Et la découverte de nouveaux recoins qui sentent bon la peinture à l’huile.

Publicité